Tandis que les feux de forêt continuent de brûler en Amazonie, de plus en plus de signalements dans la région continuent d’émerger. Une séquence d’une femme autochtone Pataxó et de la forêt amazonienne en flammes a été partagée sur les médias sociaux. Dans un discours émotionnel, la femme reproche aux autorités brésiliennes de ne rien faire pour arrêter la dévastation.

De nombreux habitants disent que les feux de forêt ont été allumés délibérément, ce qui permettrait de libérer de l’espace pour laisser la place à davantage de fermes et de ranchs. Jair Bolsanaro, président de l’extrême droite brésilienne, aurait délibérément pris cette décision pour relancer l’économie du pays.

Une femme autochtone brésilienne pleure alors que la forêt amazonienne brûle derrière elle

Vous pouvez regarder la vidéo complète ici :

Dans la vidéo, la femme Pataxó dit ce qui suit : « Depuis deux ans, nous nous battons pour préserver notre réserve. Maintenant, ces abrutis sont entrés et ont tout brûlé. Ils tuent nos rivières, nos sources de vie, et maintenant ils ont mis le feu à notre réserve. Demain, allons barrer les routes et je veux que tous les médias ici voient cela. »

Depuis que les incendies ont attiré l’attention du monde entier, le président Jair Bolsonaro a déployé des troupes militaires pour des opérations « sans précédent » visant à tenter d’éteindre les feux de forêt. Il a tout de même passé la soirée de vendredi dans un club de comédie pendant qu’un discours préenregistré a été diffusé à la nation, selon The Guardian.

Une femme autochtone brésilienne pleure alors que la forêt amazonienne brûle derrière elle

Selon le ministre brésilien de la Défense, Fernando Azevedo, 44 000 soldats seront disponibles pour l’opération, se dirigeant vers quatre états brésiliens qui ont demandé une aide fédérale pour tenter de maîtriser les incendies, selon MailOnline.

Azevedo a déclaré que la première opération de l’armée consistera à déployer 700 soldats dans la région autour de Port Velho, la capitale de Rondonia. Ils utiliseront deux avions C-130 Hercules, capables de larguer 12 000 litres d’eau à la fois.

Une femme autochtone brésilienne pleure alors que la forêt amazonienne brûle derrière elle

En acceptant de déployer l’armée, qui « agira avec force » pour contrôler les incendies, le président Bolsonaro a déclaré ce qui suit à ITV News : « La protection de la forêt est notre devoir. Nous en sommes conscients et agirons pour lutter contre la déforestation et les activités criminelles qui mettent les populations en danger en Amazonie. Nous sommes un gouvernement de tolérance zéro à l’égard de la criminalité et ce ne sera pas différent dans le domaine de l’environnement. »

Une fuite de documents suggère toutefois que le président brésilien encourage activement une forte présence gouvernementale dans la région amazonienne. Les documents montrent que le président souhaite construire des ponts, des autoroutes et une centrale hydroélectrique dans la forêt tropicale pour « lutter contre la pression internationale » visant à protéger l’Amazonie.

Toutefois, si les incendies ne sont pas maîtrisés, la perte d’une superficie aussi vaste de la forêt tropicale pourrait contribuer à un scénario catastrophique selon lequel les rejets de carbone dans l’atmosphère accélèreraient encore plus le changement climatique.