McDonald’s a entamé le processus de vente de ses restaurants en Russie, qui comprennent 850 restaurants employant 62 000 personnes, ce qui en fait la dernière grande entreprise occidentale à quitter la Russie depuis l’invasion de l’Ukraine en février, rapporte The Guardian.

Le géant de la restauration rapide a mis en avant la crise humanitaire provoquée par la guerre et a déclaré que le maintien de ses activités en Russie « n’est plus tenable et ne correspond pas aux valeurs de McDonald’s ».

McDonald’s vend ses 850 restaurants en Russie
Getty

Début mars, la société basée à Chicago a annoncé qu’elle fermait temporairement ses restaurants en Russie, mais qu’elle continuerait à payer ses employés. Lundi, elle a déclaré qu’elle chercherait à faire embaucher ses travailleurs par un acheteur russe et à les payer jusqu’à la conclusion de la vente.

Elle n’a pas identifié d’acheteur potentiel. Le directeur général, Chris Kempczinski, a déclaré que le « dévouement et la loyauté envers McDonald’s » des employés et des centaines de fournisseurs russes rendaient difficile la décision de partir.

« Cependant, nous avons un engagement envers notre communauté mondiale et devons rester inébranlables dans nos valeurs », a déclaré Kempczinski dans un communiqué. « Notre engagement envers nos valeurs signifie que nous ne pouvons plus faire briller les arches là-bas. »

McDonald’s vend ses 850 restaurants en Russie
Getty

Alors qu’elle tente de vendre ses restaurants, McDonald’s a déclaré qu’elle prévoyait de commencer à retirer les arches dorées et autres symboles et signes portant le nom de l’entreprise. Elle a précisé qu’elle conserverait ses marques en Russie.

Le premier McDonald’s de Russie a ouvert ses portes en plein Moscou il y a plus de trois décennies, peu après la chute du mur de Berlin. Il a été un symbole fort de l’apaisement des tensions de la guerre froide entre les États-Unis et l’Union soviétique.

McDonald’s vend ses 850 restaurants en Russie
Getty

La décision de McDonald’s de quitter le pays intervient alors que d’autres géants américains de l’alimentation et des boissons, dont Coca-Cola, Pepsi et Starbucks, ont interrompu leurs activités en Russie en raison des sanctions occidentales.

Certaines sociétés, telles que les géants britanniques de l’énergie Shell et BP et le constructeur automobile français Renault, se sont retirées de Russie, portant un coup à leurs résultats financiers alors qu’elles cherchent à vendre leurs participations dans le pays. D’autres entreprises sont restées, du moins partiellement, et certaines d’entre elles ont subi des revers.