Traiter un homme de « chauve » constitue du harcèlement sexuel, selon un panel de juges chauves. La perte de cheveux étant beaucoup plus fréquente chez les hommes que chez les femmes, l’utiliser pour décrire quelqu’un constitue une forme de discrimination, a conclu un juge des tribunaux du travail. Commenter la calvitie d’un homme sur le lieu de travail équivaut à observer la taille des seins d’une femme, suggère la conclusion.

La décision, prise par un comité de trois hommes qui, dans leur jugement, ont fait le deuil de leur propre perte de cheveux, intervient dans une affaire opposant un électricien chevronné aux employeurs de son entreprise de construction, rapporte The Telegraph.

Traiter les hommes de chauves, c’est du harcèlement sexuel, selon un juge
Alamy

Tony Finn, qui est maintenant en attente d’une indemnisation, travaillait depuis près de 24 ans pour la British Bung Company, basée dans le West Yorkshire, en Angleterre, lorsqu’il a été licencié en mai de l’année dernière. Il s’est présenté au tribunal en affirmant, entre autres, qu’il avait été victime de harcèlement sexuel après un incident avec Jamie King, le superviseur de l’usine.

M. Finn a affirmé qu’au cours d’une dispute sur le plancher du magasin qui a failli éclater en juillet 2019, King – de près de 30 ans son cadet – l’a qualifié de « p*tain de chauve ». Un tribunal de Sheffield, dans le Yorkshire du Nord, a entendu que M. Finn craignait pour sa sécurité personnelle, mais qu’il était moins contrarié par le langage « anglo-saxon » que par le commentaire sur son apparence. L’allégation a conduit le panel, dirigé par le juge Jonathan Brain, à discuter si la remarque sur sa calvitie était simplement offensante ou en fait un harcèlement.

Traiter les hommes de chauves, c’est du harcèlement sexuel, selon un juge
Alamy

« Nous n’avons aucun doute que le fait de faire cette remarque désobligeante était un comportement indésirable et que M. Finn était inquiet », a estimé le tribunal. « Il s’agit d’un langage fort. Bien que, comme nous le constatons, le langage industriel était courant dans cette usine du West Yorkshire, dans notre jugement, M. King a dépassé les limites en faisant des remarques personnelles au plaignant sur son apparence. »

« Il est difficile d’arriver à une conclusion autre que celle selon laquelle M. King a prononcé ces mots dans le but de porter atteinte à la dignité de M. Finn et de créer un environnement intimidant, hostile, humiliant ou offensant pour lui. Selon M. Finn, l’intention de King était de le menacer et de l’insulter. À notre avis, il existe un lien entre le mot “chauve” d’une part et la caractéristique sexuelle d’autre part. »

Le jugement a déclaré que l’avocat de la société « avait raison de faire valoir que les femmes comme les hommes peuvent être chauves », mais a ajouté : « Toutefois, comme les trois membres de la Cour le garantiront, la calvitie est beaucoup plus répandue chez les hommes que chez les femmes. Nous estimons qu’elle est intrinsèquement liée au sexe. »

Traiter les hommes de chauves, c’est du harcèlement sexuel, selon un juge
Alamy

« Le tribunal estime donc qu’en qualifiant le plaignant de ‘p*tain de chauve’, la conduite de M. King était indésirable, elle portait atteinte à la dignité du plaignant, elle créait un environnement intimidant pour lui, elle était faite dans ce but et elle concernait le sexe du plaignant. »

M. Finn a obtenu gain de cause pour licenciement abusif, licenciement illégal et harcèlement sexuel. Il a perdu une plainte supplémentaire pour discrimination fondée sur l’âge après que le tribunal a jugé que M. King ne l’avait pas appelé « vieil homme » mais simplement « p*tain de chauve ». L’indemnisation de M. Finn sera déterminée à une date ultérieure.