Une psychologue judiciaire engagée par Johnny Depp a affirmé qu’Amber Heard souffrait de deux troubles de la personnalité lors de la dernière journée de témoignage du procès en diffamation de 50 millions de dollars américains intenté par l’acteur contre son ex-femme.

Selon la Dre Shannon Curry, Amber Heard souffre d’un trouble de la personnalité borderline (ou trouble de la personnalité limite) et d’un trouble de la personnalité histrionique. Curry a déclaré qu’elle était arrivée à sa conclusion après avoir passé 12 heures à interviewer Heard, ainsi qu’à examiner ses dossiers médicaux.

Curry a déclaré que le trouble de la personnalité borderline, une maladie mentale où la personne qui en souffre a une peur intense de l’abandon, « semble être un facteur prédictif pour les femmes qui mettent en œuvre la violence contre leur partenaire », selon le Time. Depp a affirmé que Heard était l’instigatrice de la violence contre lui et qu’elle l’aurait frappé et jeté une bouteille de vodka.

Selon Curry, Heard ne souffrait pas d’un trouble de stress post-traumatique, comme elle l’a prétendu en raison de sa relation tumultueuse avec Depp. Chaque partie prétend avoir été maltraitée par l’autre.

L’équipe de Heard proteste que la Dre Curry n’est pas une témoin crédible, car elle a été engagée par l’équipe de Depp. On a appris mardi que la Dre Curry avait été invitée à boire et à manger au manoir de Depp avec son équipe juridique avant d’être engagée. Curry a qualifié la soirée d’« entretien ».

Une psychologue a diagnostiqué deux troubles de la personnalité chez Amber Heard
Getty

Plus tôt dans le procès, un conseiller conjugal qui a traité le couple en 2015 a témoigné que la paire s’est engagée dans de la « maltraitance mutuelle ». « Depp maîtrisait bien son comportement avant sa rencontre avec Heard », a déclaré la conseillère Laurel Avis Anderson. « Avec Mme Heard, il s’emportait. Ils se sont engagés dans ce que je considère comme de la maltraitance mutuelle. »

Une psychologue a diagnostiqué deux troubles de la personnalité chez Amber Heard
Getty

Selon Anderson, Heard déclenchait aussi les altercations. « Elle commençait les disputes », dit Anderson. « Elle déclenchait la violence. Elle se montrait à la hauteur s’il commençait le premier. À mon avis, cela se produisait tout au long de la relation. Elle se battait aussi fort que lui. Et il a essayé de désamorcer la situation bien plus qu’elle, je pense. »

Heard poursuit également Depp pour 100 millions de dollars américains dans sa propre affaire de diffamation, affirmant qu’elle ne mentait pas à son sujet dans une tribune publiée en 2018 par le Washington Post sur la violence sexuelle qu’elle aurait subie.