Le président russe Vladimir Poutine dit qu’il n’est pas prêt à reconnaître Joe Biden comme président élu. Un certain nombre de dirigeants mondiaux ont déjà félicité Joe Biden pour sa victoire à l’élection présidentielle américaine, notamment le premier ministre britannique Boris Johnson, le premier ministre canadien Justin Trudeau, le Président français Emmanuel Macron et la Chancelière allemande Angela Merkel.

Tandis que la campagne de Trump continue de lutter contre les résultats de l’élection et que Biden se prépare à son ascension à la Maison-Blanche, Poutine était jusqu’à présent resté silencieux. Cependant, il s’est maintenant exprimé.

Poutine dit qu’il n’est pas prêt à reconnaître Joe Biden comme président des États-Unis
AP

« Nous travaillerons avec tous ceux qui ont la confiance du peuple américain », a déclaré Poutine à une chaîne de télévision d’État, selon Bloomberg. « Mais cette confiance ne peut être accordée qu’à un candidat dont la victoire a été reconnue par le parti adverse, ou après que les résultats aient été confirmés de manière légitime et légale. »

Lorsqu’on a demandé à Poutine si cela pouvait potentiellement nuire aux relations américano-russes, le président a été très franc dans sa réponse : « Il n’y a rien à endommager, elles sont déjà ruinées ».

Poutine dit qu’il n’est pas prêt à reconnaître Joe Biden comme président des États-Unis
AP

« Depuis un certain temps, le Kremlin utilise et amplifie le contenu faux, trompeur et sensationnel qui divise la classe politique et qui est généré par les responsables politiques et les Américains eux-mêmes », a expliqué à AP News l’ancienne agente de la CIA Cindy Otis, vice-présidente pour l’analyse au sein du groupe Alethea, qui traque la désinformation.

Alex Stamos, directeur du Stanford Internet Observatory et membre de l’Election Integrity Partnership, a déclaré que « presque toute » la désinformation qui circule sur les résultats des élections est d’origine nationale et ne provient pas de l’étranger.

Poutine dit qu’il n’est pas prêt à reconnaître Joe Biden comme président des États-Unis
AP

Ailleurs, deux sénateurs républicains, dont l’ancien candidat à la présidence Mitt Romney, se sont opposés à la tendance du GOP et ont tenu tête au président, les autres membres du parti commençant à s’éloigner des théories de conspiration de Trump.

Critiquant les accusations de fraude de Trump et ses demandes d’annulation des victoires démocrates, Romney a déclaré : « Il est difficile d’imaginer une action pire et plus antidémocratique de la part d’un président américain en exercice ».