« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

N’aimons-nous pas tous nous torturer un peu de temps en temps ? Lorsqu’il s’agit d’une tragédie dont nous sommes témoins sur notre trajet du matin ou d’une nouvelle de violence sur les médias sociaux, nous nous sentons soudain poussés par une force d’attraction forte et inexplicable à fixer le spectacle.

Les scientifiques ont cherché à savoir pourquoi nous ne pouvons pas détourner le regard des catastrophes et certains ont suggéré que c’est le mécanisme de prévention qui nous donne des informations cruciales sur le danger éventuel. Une autre étude a même révélé que nous réagissons et apprenons davantage des expériences négatives que des expériences positives.

Compte tenu de ces étranges mécanismes de la psyché humaine, il n’est que justice qu’un subreddit comme Make Me Suffer existe sur Internet. La description de la communauté est simple, mais d’une efficacité redoutable : « Si ça fait mal à regarder, affichez-le ». Ne dites pas que nous ne vous avons pas prévenus.

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

Mon père a eu un accident de voiture. Il n’a pas eu de volet osseux pendant 6 mois.

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

Une triste souffrance.

Mais pourquoi tant de gens veulent-ils regarder des photos dérangeantes ? Le créateur du subreddit Make Me Suffer, MattShea, a déclaré que les humains sont une bande de bizarres. « Nous semblons aimer être mal à l’aise quand c’est quelque chose que nous choisissons. Les films effrayants et gores en sont un excellent exemple. Et comme les origines le suggèrent, les gens aiment aussi voir d’autres personnes se sentir mal à l’aise. Nous avons également constaté à maintes reprises que rien ne semble favoriser l’engagement sur Internet comme les émotions négatives. »

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

Le blobfish n’est pas si laid que ça. La plupart des photos ont été prises après qu’il a été sorti de l’eau et a subi des dommages tissulaires. Son habitat naturel se trouve à des profondeurs extrêmement faibles.

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

Les employés d’un refuge ont organisé l’anniversaire de cette chatte dans l’espoir que quelqu’un l’adopte, mais personne ne s’est présenté.

Le modérateur LovelyAGQ a partagé une autre explication éclairante. « Je pense personnellement que c’est dû à la nature humaine. Nous avons un penchant naturel pour le morbide d’une manière ou d’une autre. Même si chacun a des limites différentes, tout le monde prend un certain plaisir à assouvir sa curiosité morbide dans ce sens. Sans avoir à se mettre en danger ou à s’inquiéter de la sécurité de quelqu’un d’autre, nous pouvons regarder des contenus morbides ou dérangeants en ligne. »

« C’est comme ce dicton qui dit que ‘en regardant un accident de voiture, on veut détourner le regard, mais on ne peut pas. Nous avons effectivement réussi à reproduire ce sentiment sur ce subreddit de la manière la plus amusante et la plus agréable possible. Nous sommes tous heureux de continuer à le faire, et heureux de divertir les gens ! »

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

La vie.

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

Bonne idée.

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

Triste.

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

Une amoureuse du bricolage était fière de présenter son chariot à boissons surcyclé, mais elle s’est fait critiquer pour avoir « ruiné une antiquité ».

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

Continuez à sourire, il n’y a rien à voir ici.

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

Le polyphème d’Amérique… en gros, une tarentule avec des ailes.

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

Saisons sibériennes. Gel et moustiques.

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

Non !

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

Du miel sort de la prise de courant. Devinez ce qu’il y a derrière.

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

Je pense que l’échange de visage était une mauvaise idée.

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

Le mamelon du coureur.

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

La vraie douleur.

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

Je suis devenue le jouet du chat.

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

Vous n’aimez pas les araignées ? Que diriez-vous d’une araignée zombifiée réanimée par une infestation fongique ?

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

J’ai vu vos posts de rayons X, alors voici des IRM de visages.

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

Ah oui, le siège de la noyade.

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

La peau de poisson peut être greffée sur les brûlures. Elle « recrute » les cellules du corps et se transforme en tissu vivant au fil du temps.

« Fais-moi souffrir » : voici les images les plus douloureuses publiées par cette communauté en ligne

Un scorpion que j’ai trouvé par hasard dans mon soutien-gorge avant de l’enfiler.