Salut ! Je m’appelle Tom Marshall (PhotograFix) et je restaure et colorise des photos. Le Mois de l’histoire des Noirs est célébré en octobre au Royaume-Uni et tout au long du mois de février en France et au Canada. La lutte pour les droits civils est bien vivante dans le monde entier, et les événements récents ont alimenté le dialogue sur notre histoire commune et sur une vérité gênante : nos nations ont prospéré grâce à la souffrance des autres pendant des siècles.

En grandissant au Royaume-Uni, je n’ai jamais entendu parler de la guerre civile américaine ni de l’histoire du 19e siècle en dehors de la révolution industrielle. Ainsi, en faisant des recherches sur le fond de ces photos, j’ai appris beaucoup sur la façon dont le commerce des êtres humains a servi à construire le monde moderne.

La traite des esclaves a été abolie dans tout l’Empire britannique en 1807, mais la Grande-Bretagne a continué à dépendre de la main-d’oeuvre esclave dans les plantations des États-Unis pour les principaux biens de consommation, tels que le café, le coton, le rhum, le sucre et le tabac.

La technologie n’existait pas pour photographier la traite des esclaves britanniques, mais les dernières années de l’esclavage aux États-Unis ont été capturées. C’est pourquoi les photos de cet article ont toutes été prises aux États-Unis, entre les années 1850 et 1930, et elles montrent les horreurs de la vie de ceux qui ont vécu sous l’esclavage et les récits de ceux qui ont survécu jusqu’à un âge avancé.

J’ai colorisé ces photos afin de partager certaines des histoires des personnes représentées. Par expérience, je sais combien il est fréquent qu’une photo en noir et blanc soit ignorée dans un fil d’actualité, et combien une version en couleur peut être plus attrayante pour de nombreux lecteurs. Je crois que la colorisation d’une photo ouvre une fenêtre sur un autre temps, et avec le monde tel qu’il est, il est important de revisiter les histoires de ces personnes afin de mieux comprendre le monde d’aujourd’hui.

Des esclaves évadés

J’ai colorisé 10 photos datant de plus de 160 ans pour montrer les horreurs de la vie des personnes vivant sous esclavage

Deux esclaves non identifiés qui se sont échappés, portant des vêtements en lambeaux, photographiés par McPherson & Oliver, à Baton Rouge, en Louisiane. Cette photo a été prise pendant la guerre civile de 1861-1865, mais la date exacte est inconnue. La légende au verso de l’image dit : « Les contrebandiers viennent d’arriver ». Le terme « contrebande » était couramment utilisé pour décrire un nouveau statut pour certains esclaves échappés ou ceux qui s’étaient affiliés aux forces de l’Union.

Le dos flagellé

J’ai colorisé 10 photos datant de plus de 160 ans pour montrer les horreurs de la vie des personnes vivant sous esclavage

Cette photo intitulée Le dos flagellé est l’une des plus connues de cette période et a été largement diffusée par les abolitionnistes de l’esclavage. C’est l’un des premiers exemples de photographie utilisée à des fins de propagande. Le nom de l’esclave échappé est Gordon, également connu sous le nom de Whipped Peter, montrant son dos meurtri lors d’un examen médical à Baton Rouge, en Louisiane, le 2 avril 1863.

Omar ibn Said, « Uncle Marian »

J’ai colorisé 10 photos datant de plus de 160 ans pour montrer les horreurs de la vie des personnes vivant sous esclavage

Omar ibn Said est né en 1770, dans ce qui est aujourd’hui le Sénégal, en Afrique de l’Ouest. C’était un homme instruit qui a reçu une éducation islamique formelle et a passé 25 ans de sa vie à étudier avec d’éminents érudits musulmans en Afrique, apprenant des sujets allant de l’arithmétique à la théologie. En 1807, Said a été réduit à l’esclavage et transporté en Caroline du Sud aux États-Unis, où il est resté esclave jusqu’à sa mort à l’âge de 94 ans en 1864. Il était également connu sous les noms d’Uncle Moreau, d’Uncle Marian et de Prince Omeroh.

Willis Winn, âgé de 116 ans

J’ai colorisé 10 photos datant de plus de 160 ans pour montrer les horreurs de la vie des personnes vivant sous esclavage

Cette photo de Willis Winn a été prise par Russell Lee dans le cadre du Federal Writers Project en avril 1939, à Marshall, au Texas. Il tient la corne utilisée pour appeler les esclaves au travail tous les jours, et a déclaré avoir 116 ans lorsque la photo a été prise. Il est né en Louisiane, esclave de Bob Winn, qui, selon Willis, lui a appris dès sa jeunesse que son anniversaire était le 10 mars 1822.

Auction & Negro Sales sur Whitehall Street à Atlanta, en Géorgie, en 1864

J’ai colorisé 10 photos datant de plus de 160 ans pour montrer les horreurs de la vie des personnes vivant sous esclavage

Cette photographie est une vue de l’Auction & Negro Sales sur Whitehall Street à Atlanta, en Géorgie, en 1864. Elle a été prise par George N. Barnard, le photographe officiel du Bureau de l’ingénieur en chef, pendant l’occupation de la Géorgie par l’Union. Lorsqu’il était utilisé, l’Auction & Negro Sales abritait des esclaves africains qui étaient inspectés pour la vente, pincés, poussés et forcés d’ouvrir la bouche pour les acheteurs.

Cueillette de pommes de terre sur la plantation de Hopkinson

J’ai colorisé 10 photos datant de plus de 160 ans pour montrer les horreurs de la vie des personnes vivant sous esclavage

Cette photo montre la plantation de patates douces sur la plantation de James Hopkinson, sur l’île d’Edisto, en Caroline du Sud. Elle a été prise le 8 avril 1862 par Henry P Moore, originaire du New Hampshire, qui s’est rendu en Caroline du Sud pour documenter la guerre civile. Au début de la guerre, les canonnières de l’Union ont bombardé les îles Sea au large des côtes de Caroline du Sud, et les planteurs confédérés sont partis précipitamment, ordonnant à leurs hommes de terrain et à leurs domestiques de les accompagner.

Ancienne esclave Georgia Flournoy

J’ai colorisé 10 photos datant de plus de 160 ans pour montrer les horreurs de la vie des personnes vivant sous esclavage

L’ancienne esclave Georgia Flournoy est photographiée devant sa maison, à Eufaula, en Alabama, le 27 avril 1937. Georgia a été interviewée par le projet Federal Writers et elle a déclaré avoir plus de 90 ans. Elle est née à Elmoreland, une plantation d’Old Glenville, et a déclaré qu’elle n’avait jamais connu sa mère, car elle est morte à l’accouchement. Georgia travaillait dans la Big House comme nourrice et n’était pas autorisée à fréquenter les autres esclaves de la plantation.

Esclave anonyme de Richard Townsend

J’ai colorisé 10 photos datant de plus de 160 ans pour montrer les horreurs de la vie des personnes vivant sous esclavage

Sur la photo, un esclave anonyme de Richard Townsend. La photo a été prise à la W.H. Ingram’s Photograph and Ferrotype Gallery, No. 11 West Gay Street, West Chester, Pennsylvanie.

Julia Ann Jackson, ou « Old Aunt »

J’ai colorisé 10 photos datant de plus de 160 ans pour montrer les horreurs de la vie des personnes vivant sous esclavage

L’ancienne esclave Julia Ann Jackson, ou « Old Aunt », âgée de 102 ans et la maison où elle vivait. Cette photo a été prise en 1938, à El Dorado, en Arkansas. Elle utilisait le gros baril en métal comme cuisinière.

Démonstration d’un Bell Rack

J’ai colorisé 10 photos datant de plus de 160 ans pour montrer les horreurs de la vie des personnes vivant sous esclavage

Russell Lee a également capturé cette image de Richbourg Gailliard, assistant du directeur du Federal Museum de Mobile Alabama, faisant la démonstration d’un Bell Rack. Il s’agit d’un engin utilisé par un propriétaire d’esclaves d’Alabama pour garder un esclave fugueur. Le dispositif était à l’origine surmonté d’une cloche qui sonnait lorsque l’esclave tentait de quitter la route et de passer à travers le feuillage ou les arbres. Elle était attachée autour du cou comme le montre la photo. Une ceinture passait dans la boucle du bas pour maintenir la tige de fer fermement attachée à la taille de celui qui la portait.