Deux tirs de missiles ont frappé une gare dans l’est de l’Ukraine aujourd’hui, alors que des milliers d’évacués désespérés tentaient de rejoindre des régions plus sûres du pays. L’attaque de Kramatorsk a laissé des corps éparpillés sur le sol, au milieu des bagages et des poussettes d’enfants, devant la gare très fréquentée de la ville.

La carcasse d’un gros missile a été laissée sur l’herbe à l’extérieur de la gare. Les photos du missile montrent un texte russe sur le côté de sa coque, qui se lit comme suit : « Pour les enfants ». Il s’agit d’un message de vengeance de la part des soldats pro-Moscou qui l’ont lancé et qui ont été visés par la propagande d’État leur faisant croire que l’Ukraine commet des atrocités à leur encontre dans l’est du pays.

Un missile russe qui a frappé une gare portait la mention « Pour les enfants »
Shutterstock

Le maire de Kramatorsk a déclaré qu’environ 4 000 personnes se trouvaient à la gare ferroviaire de la ville lorsqu’elle a été touchée par les roquettes, rapporte LBC. Il a précisé que la plupart d’entre elles étaient des femmes, des personnes âgées et des enfants qui se préparaient à être évacuées vers des régions plus sûres alors que la Russie concentre ses troupes dans l’est de l’Ukraine.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a pris la parole sur Instagram pour décrier l’attaque et a confirmé les rapports faisant état de victimes. « Les forces russes détruisent cyniquement la population civile. C’est un fléau sans limites. Et s’il n’est pas puni, il ne s’arrêtera jamais », a-t-il écrit.

Un missile russe qui a frappé une gare portait la mention « Pour les enfants »
Shutterstock

Selon l’agence d’État RIA, le ministère russe de la Défense a nié toute responsabilité dans les tirs de missiles sur la gare. Il a suggéré que l’Ukraine a attaqué son propre peuple, affirmant qu’un missile utilisé dans la frappe n’a été utilisé que par l’armée ukrainienne.

Alexander Kamyshin, le directeur de la compagnie ferroviaire ukrainienne, a écrit sur les médias sociaux : « Deux roquettes ont frappé la gare de Kramatorsk. Des personnes ont été blessées. Nous sommes en train de clarifier les détails. Selon les données opérationnelles, plus de 30 personnes ont été tuées et plus de 100 ont été blessées dans l’attaque à la roquette contre la gare de Kramatorsk. »

Les responsables ukrainiens affirment que les forces russes se sont regroupées en vue d’une nouvelle offensive et que Moscou prévoit de s’emparer d’autant de territoires qu’elle le peut dans la partie orientale de l’Ukraine, connue sous le nom de Donbas, qui borde la Russie. Dans certaines régions, les autorités locales ont exhorté les civils à quitter les lieux tant qu’il est encore possible de le faire et en toute sécurité.

Un missile russe qui a frappé une gare portait la mention « Pour les enfants »
Shutterstock

Cette attaque est la dernière en date d’une série d’atrocités commises en Ukraine, des scènes « horribles » ayant également été observées à Bucha et Borodyanka. « Ils ont commencé à trier les ruines à Borodyanka », a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors de son discours de jeudi. « C’est bien plus horrible là-bas. Il y a encore plus de victimes des occupants russes. Et que se passera-t-il lorsque le monde apprendra toute la vérité sur ce que les militaires russes ont fait à Marioupol ? Il y a là, dans presque toutes les rues, ce que le monde a vu à Bucha et dans d’autres villes de la région de Kiev après le retrait des troupes russes. La même cruauté. Les mêmes crimes odieux. »

Un missile russe qui a frappé une gare portait la mention « Pour les enfants »
Shutterstock

Pendant ce temps, l’Assemblée générale de l’ONU a suspendu la Russie du Conseil des droits de l’homme de l’ONU lors d’un vote historique jeudi. La résolution exprimait « une grave préoccupation face à la crise humanitaire et des droits de l’homme en Ukraine », en particulier face aux rapports faisant état de violations des droits par la Russie.