Une mère a réussi à gagner plus de 25 000 $ en vendant son lait maternel sur Internet après avoir donné naissance à un bébé en tant que mère porteuse. Julie Dennis, âgée de 32 ans, a eu l’idée de créer une entreprise après avoir donné naissance à un bébé pour un autre couple en août 2019.

Lorsque le bébé a eu six mois et n’avait plus besoin de lait maternel, Julie a décidé de le vendre à 1,20 $ la livre à d’autres familles dont les nouveau-nés sont également nés par le biais d’une mère porteuse, qui ne veulent pas ou ne peuvent pas fournir leur propre lait.

Mercury Press

Julie, une institutrice de Floride, a déclaré que la production de lait était l’équivalent d’un emploi à plein temps, mais a admis qu’elle avait subi un contrecoup de la part des gens pour en avoir tiré de l’argent.

« J’ai un utérus en parfait état et du lait en parfait état, alors autant l’utiliser », a déclaré la mère de deux enfants. « Je ne fais pas seulement cela pour l’argent, mais je m’assure que cela en vaut la peine pour moi et ma famille. »

Mercury Press

« Je reçois des commentaires de personnes qui me font honte pour avoir demandé une compensation pour le temps passé à pomper, parce que beaucoup de gens pensent que c’est gratuit pour moi, alors pourquoi je les ferais payer. »

« Je passe des heures par jour à me brancher à ma pompe, c’est-à-dire du temps loin de ma famille. Je passe du temps à nettoyer, mettre en sac et stériliser toutes les pièces de ma pompe entre chaque utilisation. Je n’irais pas au magasin en pensant que je peux avoir du lait maternisé gratuit, alors ça me déconcerte que les gens s’attendent à avoir du lait maternel gratuit. »

Mercury Press

« Même en facturant un dollar par once, je suis payée moins que le salaire minimum une fois que l’on additionne tout le temps passé dessus. Cela n’inclut pas le remplacement des pièces de la pompe toutes les six à huit semaines, le coût des sacs, le coût des unités de stérilisation et des quatre différentes pompes que j’utilise. C’est beaucoup de travail fait avec amour. »

Mercury Press

Jusqu’à présent, Julie a fourni du lait à deux bébés jusqu’à l’âge d’un an, en pompant 440 litres par mois et en les stockant dans son congélateur, avant de les expédier à travers le pays dans des glacières remplies de blocs réfrigérants.

Mercury Press

Elle a dû modifier complètement son alimentation pour répondre aux besoins d’un bébé à qui elle fournissait du lait, abandonnant les produits laitiers pour ce travail. Elle affirme également qu’elle a même reçu des demandes bizarres d’hommes qui veulent des « preuves » que le lait est bien le sien et qui lui demandent des vidéos ou des photos, ce qu’elle trouve « absolument inacceptable ».

Mercury Press

Elle explique également ce qui l’a poussée à commencer à vendre son lait en 2019 : « Je n’ai pas eu de bébé à qui donner du lait après les six premiers mois. J’ai été dédommagée pour cela et une fois que j’ai eu fini, j’ai commencé à faire de la publicité pour le lait sur Facebook où j’ai trouvé une autre famille. La deuxième famille a eu son bébé par l’intermédiaire d’une mère porteuse et elle ne voulait pas ou ne pouvait pas fournir le lait, alors ils sont venus me voir ».