La récente condamnation de Felicity Huffman à 14 jours de prison pour son rôle dans le scandale d’admission à l’université a mis en lumière d’autres cas de parents condamnés à des peines plus longues pour des infractions moins graves.

Parmi les contrevenants, il y a Tanya McDowell, de Bridgeport, dans le Connecticut, une femme sans-abri condamnée à cinq ans de prison en 2011 pour avoir inscrit son fils dans un district scolaire où il ne vivait pas. La mère, qui vivait avec son fils de 5 ans, Andrew, dans leur fourgonnette et dans divers refuges pour sans-abris, voulait une meilleure éducation pour lui. Elle a donc utilisé l’adresse de sa gardienne pour l’inscrire dans une école de la ville voisine de Norwalk.

Une mère sans-abri a été condamnée à cinq ans de prison pour avoir inscrit son fils à l’école avec l’adresse d’une amie

Le Connecticut Post a rapporté que malgré sa condamnation, la mère s’était engagée à continuer à se battre pour une meilleure éducation de son jeune fils. S’adressant à la salle d’audience à l’époque, McDowell a déclaré ce qui suit : « Qui aurait cru que vouloir une bonne éducation pour mon fils me mettrait dans cette situation difficile ? Je ne regrette pas d’avoir cherché une meilleure éducation pour lui ».

Une mère sans-abri a été condamnée à cinq ans de prison pour avoir inscrit son fils à l’école avec l’adresse d’une amie

La mère, qui avait 34 ans au moment de sa condamnation, a aussi plaidé coupable à des accusations de vol au premier degré (vol de biens ou de services évalués à plus de 20 000 $) et de complot en vue de commettre un vol au premier degré pour avoir inscrit illégalement son fils à l’école publique de Norwalk en dépit de ne pas y habiter. La condamnation faisait partie d’un accord de plaidoyer que McDowell avait conclu avec les procureurs quand elle a été accusée d’avoir vendu de la drogue à un policier banalisé à deux reprises.

La peine qu’elle a reçue pour les accusations de drogue a été prononcée parallèlement à la peine de cinq ans d’emprisonnement prononcée pour son crime commis envers l’école de Norwalk. Néanmoins, la sévère punition infligée à la mère pour avoir tenté de donner à son fils une meilleure éducation était complètement disproportionnée par rapport à ses actions.

Une mère sans-abri a été condamnée à cinq ans de prison pour avoir inscrit son fils à l’école avec l’adresse d’une amie

Son emprisonnement a provoqué l’indignation de la communauté et plusieurs soulignent maintenant les différences nettes entre le traitement réservé à McDowell – une femme noire sans-abri – et celui de Felicity Huffman – une femme blanche et riche.

Une mère sans-abri a été condamnée à cinq ans de prison pour avoir inscrit son fils à l’école avec l’adresse d’une amie

Comme le rapporte The Telegraph, Huffman a été condamnée à seulement 14 jours de prison le vendredi 13 septembre pour avoir payé quelqu’un pour tricher à l’examen d’entrée à l’université de sa fille.

L’actrice a admis plus tôt cette année avoir payé une surveillante 15 000 $US (environ 20 000 $CA ou 13 500 €) pour qu’elle corrige les réponses de sa fille Sophia à l’examen. Les autorités ont déclaré que Sophia avait obtenu 400 points de plus qu’à un examen pratique précédent.

Une mère sans-abri a été condamnée à cinq ans de prison pour avoir inscrit son fils à l’école avec l’adresse d’une amie

La peine plus légère prononcée contre Huffman, comparée à celle de McDowell, a conduit les critiques à établir des comparaisons entre les deux et à prouver une fois de plus que le système de justice pénale est régi par le privilège des Blancs.

Il convient de noter que si McDowell n’avait pas accepté l’accord sur le plaidoyer, elle aurait encouru une peine d’emprisonnement beaucoup plus longue à la suite de ses accusations de drogue.