La rephotographie est l'acte de prendre une photo d'un lieu qui a déjà été photographié il y a quelque temps, en essayant de capturer tous les angles du cliché original.

Qu'il s'agisse de villes en expansion ou de la fonte des glaciers, ces comparaisons côte à côte racontent des histoires fascinantes sur l'état du monde dans lequel nous vivons ainsi que sur les capacités de l'humanité à créer et à détruire.

L'Arctique il y a 103 ans par rapport à aujourd'hui.

Mon grand-père et moi à Tokyo, à 73 ans d'intervalle.

En regardant certaines de ces photos, le progrès humain semble aller de soi. Les silhouettes des villes continuent de s'étendre et les gens qui y vivent passent du cheval à la voiture. Mais ce ne sont que des images.

Comment calculons-nous réellement notre progression ? Pour ce faire, beaucoup utilisent l'indice de développement humain (IDH), qui fournit une mesure unique permettant de saisir trois dimensions clés de notre développement : une vie longue et saine, l'accès au savoir et une qualité de vie décente.

Utrecht, aux Pays-Bas, en 1982 et en 2020. Ils ont converti l'autoroute en un canal.

Chichén Itzá en 1892 et maintenant.

En 2019, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a utilisé l'IDH pour déterminer quels étaient les pays les plus développés, et la première place est allée à la Norvège. La Suisse est arrivée en deuxième position et l'Irlande en troisième. Le Canada est arrivé en 13e place alors que la France s’est classée 26e aux côtés de la République tchèque.

L'IDH a cependant été critiqué pour le prétendu manque de considération du développement technologique et des contributions à la civilisation humaine. Mais il reste l'une des mesures les plus utilisées dans le monde pour calculer le niveau de développement des pays.

Bishan-Ang Mo Kio Park, ou Bishan Park, à 30 ans d'intervalle. La photo du haut a été prise en 1988. La photo du bas, en 2020.

The Shambles, une rue médiévale d'York, en Angleterre. Elle a été la principale source d’inspiration pour le Chemin de Traverse de Harry Potter. À la fin des années 1800 et aujourd'hui.

Singapour en 2000 et aujourd’hui.

Une promenade à vélo à Berlin-Kreuzberg, en 1985 et en 2018.

Ma ville natale il y a environ 100 ans et ma photo de la semaine dernière. Rien n'a changé.

Des photos de Moscou à 20 ans d'intervalle.

L'université du Montana à 150 ans d'intervalle.

Los Angeles il y a longtemps par rapport à 2001.

Les tranchées de la Première Guerre mondiale.

Le dôme de la Bombe atomique, 75 ans plus tard.

Le Flatiron Building à New York, en 1917 et en 2012.

Mon arrière-grand-père et moi nous sommes entraînés au même endroit, à exactement 100 ans d'intervalle. Il est parti pour la France peu de temps après que cette photo a été prise en 1917.

Industrial St, à Los Angeles.

L'ancienne île d'Urk aux Pays-Bas, en 1930 et en 2020.

Les trams en mutation, en 1990 et en 2018.

L'arbre Banyan à Maui. La photo du haut a été prise par mon grand-père lorsqu'il était en poste là-bas pendant la Seconde Guerre mondiale. En bas, j'en ai pris une aussi sans savoir que sa photo existait.

Dubaï Marina, en 2000 et en 2020.

Le nouveau visage de l’église St Bartholomew-the-Great à Smithfield, qui a été construite en 1595 et dont certains éléments ont été recouverts de briques. Elle a été bombardée lors d'un raid de zeppelins au cours de la Première Guerre mondiale. 1916 et aujourd'hui.