Imaginez le scénario : un mec dit haut et fort à toute sa classe d’ingénierie que les étudiantes ne sont pas ses égales. Il est complètement dingue, non ? Cependant, le mec change soudainement de ton de voix. « Toi et moi ne pouvons pas être égaux. Vous avez déjà accompli bien plus de choses que moi pour affronter ce domaine. »

En un clin d’oeil, Jared Mauldin se transforme en un humble héros de la classe moderne. Sa lettre de réflexion, publiée sur le site d’information étudiant de l’Eastern Washington University, a pris d’assaut Internet. Beaucoup se sont tournés vers lui pour lui dire « merci ».

Un homme étudiant en génie explique calmement pourquoi les femmes qui étudient avec lui ne sont pas ses égales

Un homme étudiant en génie explique calmement pourquoi les femmes qui étudient avec lui ne sont pas ses égales

Un homme étudiant en génie explique calmement pourquoi les femmes qui étudient avec lui ne sont pas ses égales

Un homme étudiant en génie explique calmement pourquoi les femmes qui étudient avec lui ne sont pas ses égales

Un homme étudiant en génie explique calmement pourquoi les femmes qui étudient avec lui ne sont pas ses égales

Un homme étudiant en génie explique calmement pourquoi les femmes qui étudient avec lui ne sont pas ses égales

S’exprimant lors de l’émission Today au sujet de son texte, Jared Mauldin a déclaré ce qui suit : « Vraiment, quand vous regardez cette lettre, je n’ai rien dit de nouveau. Je n’ai rien dit qu’un autre écrivain féministe n’a jamais dit auparavant. Le facteur distinctif, c’est que je suis un homme. C’est un problème ».

Malheureusement, il est vrai que les femmes dans le domaine de la science font face à une sombre réalité. Catalyst, une organisation mondiale à but non lucratif qui cherche à autonomiser les femmes dans les milieux de travail, a mené une étude et a découvert que l’écart entre les sexes dans les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques commence par l’éducation. L’écart est exceptionnellement important dans les technologies de l’information, où les femmes ne représentent que 18,8 % des notes les plus élevées de la classe. Comme si cela ne suffisait pas, une étude de 2014 a révélé que les hommes et les femmes étaient deux fois plus susceptibles d’embaucher un homme si le travail exigeait des mathématiques.