Greta Thunberg a déclaré que les dirigeants mondiaux ont perdu du temps en ne prenant pas les mesures nécessaires face à la crise climatique et que l’inaction politique nous a coûté deux autres années « cruciales ».

La jeune militante écologiste, dont la manifestation en Suède en 2017 a donné naissance à un mouvement mondial, a accompli beaucoup de choses au cours de ces deux années. Elle a été nommée Personne de l’année 2019 par le magazine Time, a été sélectionnée deux fois pour le prix Nobel de la paix et a demandé à plusieurs reprises aux politiciens de rendre compte de leur inaction.

Et il semble que cette jeune femme de 17 ans ne soit pas prête à ralentir de sitôt, notamment parce que, selon elle, les dirigeants politiques sont toujours « dans un état de déni » de la crise et ne font pas assez pour la combattre.

Greta Thunberg affirme que l’inaction climatique nous a fait perdre deux années de plus

Dans un article publié dans The Guardian avec ses consoeurs militantes Luisa Neubauer, Anuna de Wever et Adélaïde Charlier, Greta a d’abord reconnu que beaucoup de choses se sont passées au cours des deux dernières années.

« Plusieurs millions de personnes sont descendues dans la rue pour se joindre à la lutte pour la justice climatique et environnementale qui dure depuis des décennies. Et le 28 novembre 2019, le Parlement européen a déclaré une urgence climatique et environnementale », ont-elles écrit.

Greta Thunberg affirme que l’inaction climatique nous a fait perdre deux années de plus

Cependant, les militantes ont poursuivi en disant que cela ne suffisait tout simplement pas. « Mais au cours de ces deux dernières années, le monde a également émis plus de 80 gigatonnes de CO2. Nous avons été témoins de catastrophes naturelles dans le monde entier : incendies, vagues de chaleur, inondations, ouragans, tempêtes, dégel du pergélisol et effondrement des glaciers et d’écosystèmes entiers. De nombreuses vies et de nombreux moyens de subsistance ont été perdus. Et ce n’est que le tout début. »

Elles ont déclaré que si les dirigeants parlent d’une « crise existentielle », lorsqu’il s’agit d’agir, « nous sommes toujours dans un état de déni ». L’article ajoute : « La crise climatique et écologique n’a jamais été traitée comme une crise ».

En outre, elles ont déclaré que le fossé entre ce que nous devons faire et ce qui est réellement fait « se creuse de minute en minute », ajoutant : « En fait, nous avons perdu deux autres années cruciales à cause de l’inaction politique ».

Greta Thunberg affirme que l’inaction climatique nous a fait perdre deux années de plus

Les militantes sont déterminées à ce que cette inaction ne se poursuive pas. Demain, le 20 août, elles rencontreront Angela Merkel, la chancelière allemande – le pays qui occupe actuellement la présidence tournante du Conseil européen – pour lui demander de « faire face à l’urgence climatique ».

« Les nations riches doivent agir maintenant pour mettre fin à certaines de leurs activités polluantes afin de lutter contre l’urgence climatique. L’UE doit agir maintenant, comme elle s’est engagée à le faire dans l’accord de Paris », ont-elles écrit.

Demain, Greta et d’autres grévistes scolaires de premier plan demanderont l’arrêt de tous les investissements et subventions en faveur des combustibles fossiles. Ils demanderont également aux dirigeants européens de faire de l’écocide un crime international, de concevoir des politiques qui protègent les travailleurs, de sauvegarder la démocratie et d’établir des budgets carbone annuels contraignants « sur la base des meilleures données scientifiques disponibles ».