Une femme âgée d’Australie-Méridionale est décédée après avoir été attaquée par son coq. La femme, dont l’identité n’a pas été dévoilée par respect pour sa famille, a été mortellement attaquée alors qu’elle ramassait des oeufs du poulailler dans son jardin.

Le coq aurait perforé une varice, provoquant des saignements incessants et la mort de la dame. L’incident a depuis lors donné lieu à une mise en garde publique contre les dangers présentés par les animaux qui semblent inoffensifs.

Une femme a été tuée par son coq

Comme le rapporte The Advertiser, le professeur Roger Byard de l’université d’Adélaïde, expert en criminalistique, a expliqué comment une autre femme âgée était morte dans des circonstances similaires lorsqu’un chat lui a griffé la jambe.

Une femme a été tuée par son coq

L’étude du professeur Byard sur les dangers présentés par des animaux apparemment inoffensifs a récemment été publiée dans la revue Forensic Science, Medicine and Pathology et porte sur les risques pour les personnes âgées atteintes de varices.

« J’essaie de faire en sorte que les personnes âgées souffrant de varices soient traitées par une simple opération, car elles sont particulièrement vulnérables aux ruptures », a déclaré le professeur Byard. « Et il ne s’agit pas uniquement d’attaques animales. Nous avons réalisé des études montrant que des personnes qui venaient de rentrer chez elles avaient saigné à mort en se frappant la jambe et la veine sur quelque chose. Par exemple, les chats représentent un risque de chute très courant pour les personnes âgées. Les chats aiment se frotter aux chevilles et aux jambes et s’asseoir derrière les gens. Ils peuvent ainsi provoquer des blessures chez les personnes âgées. »

Une femme a été tuée par son coq

Nos pensées accompagnent la famille de cette femme en cette période difficile.