Une mère aimante ferait n’importe quoi pour ses enfants et Mary Ann Bevan ne fait pas exception. Elle n’a pas eu peur de devenir la risée du monde ou de montrer son apparence inhabituelle. Elle avait un seul objectif : nourrir ses enfants en faisant tout ce qui était nécessaire pour eux.

Mary a dû surmonter la cruauté, les moqueries et les insultes de personnes qui voulaient voir « la femme la plus laide du monde ».

Un destin difficile

Voici l’histoire d’une femme qui n’a pas eu peur de devenir la risée du monde pour sauver ses enfants de la famine

Mary est née à Londres dans une famille nombreuse et plutôt pauvre. Elle a dû commencer à travailler très tôt et était infirmière dans un hôpital. Mary était une femme très attirante qui rêvait de fonder elle-même une grande famille. À l’âge de 29 ans, elle s’est mariée avec Thomas Bevan et a ensuite donné naissance à 4 enfants.

Plus tard, Mary a commencé à avoir des problèmes de santé. Elle souffrait de migraines et de douleurs musculaires et articulaires. Les médecins ne pouvaient pas comprendre ce qui se passait. Mais elle avait à peine le temps de se concentrer sur sa santé, car sa famille avait besoin d’elle.

La maladie se révèle

Voici l’histoire d’une femme qui n’a pas eu peur de devenir la risée du monde pour sauver ses enfants de la famine

Mary a reçu un diagnostic d’acromégalie, un trouble hormonal qui provoque une augmentation anormale de la taille des pieds et des mains et une déformation du visage. La maladie est souvent accompagnée de maux de tête et de douleurs musculaires. L’acromégalie est généralement due à une tumeur bénigne de l’hypophyse qui provoque une hypersécrétion d’hormone de croissance.

Aujourd’hui, les médecins peuvent soigner cette maladie avec succès, mais au début du 20e siècle, Mary était dans une situation de désespoir. Chaque jour, elle voyait sa beauté disparaître.

Un titre désagréable et un emploi

Voici l’histoire d’une femme qui n’a pas eu peur de devenir la risée du monde pour sauver ses enfants de la famine

M. Bevan avait toujours soutenu son épouse, mais la tragédie frappa. Après 11 ans de mariage, il mourut et Mary devint veuve avec des enfants et presque pas d’argent.

Après la mort de son mari, Mary a accepté le premier travail qu’elle a pu trouver pour nourrir et soigner ses enfants. Cependant, on ne lui a pas offert un bon travail à cause de son apparence et les gens dans la rue l’insultaient et se moquaient d’elle. Ainsi, chaque journée de travail était un défi.

Les choses empiraient de plus en plus jusqu’à ce que Mary découvre qu’il y avait quelque chose qui s’appelait « Le concours de la femme la plus laide du monde ». Elle a donc décidé d’y participer, car le prix était une très grosse somme d’argent. Elle a réussi à gagner le concours et a transformé sa situation en un revenu stable.

Des spectacles de cirque et des monstres

Voici l’histoire d’une femme qui n’a pas eu peur de devenir la risée du monde pour sauver ses enfants de la famine

En 1920, elle a été invitée à travailler aux États-Unis et à participer au spectacle Dreamland à Coney Island. Elle a participé à des représentations où elle a dû montrer son apparence en portant certains vêtements qui soulignaient son manque de charme et sa masculinité.

Il y avait aussi d’autres personnes avec des caractéristiques inhabituelles dans ces spectacles: une femme barbue, des nains, des géants et des jumeaux siamois. Ils étaient tous des « monstres » qui devaient faire rire les gens ou leur donner le sentiment d’avoir vu quelque chose d’inhabituel.

Voici l’histoire d’une femme qui n’a pas eu peur de devenir la risée du monde pour sauver ses enfants de la famine

Sur la photo ci-dessus, vous pouvez voir Mary avec ses enfants. Son fils aîné porte un costume de marin, son fils cadet est vêtu d’un costume trois-pièces et ses filles portent de jolies robes.

Elle a passé la plus grande partie de sa vie dans un cirque. Elle n’a eu la chance de retourner en Europe qu’une seule fois, en 1925, lorsqu’elle s’est rendue à Paris où elle a participé à une exposition.

Voici l’histoire d’une femme qui n’a pas eu peur de devenir la risée du monde pour sauver ses enfants de la famine

Malheureusement, la plupart des personnes souffrant d’acromégalie ne vivent pas très longtemps. Mary est morte en 1933, à l’âge de 59 ans. Avant de mourir, elle a demandé à ses enfants de l’enterrer en Angleterre.