Le syndrome de Stein-Leventhal, ou « ovaires polykystiques (SOPK) » ou « polykystose ovarienne » ou « OMPK », a provoqué chez une femme de New York un excès de pilosité faciale, et après avoir accepté ce qu’elle ne pouvait pas changer, elle a décidé de se laisser pousser la barbe.

Alma Torres, originaire du Bronx, a commencé à souffrir du SOPK à l’âge de 15 ans, bien qu’elle n’ait reçu un diagnostic que trois ans plus tard, lors d’une analyse sanguine. Ce syndrome est une maladie hormonale qui affecte le fonctionnement des ovaires et provoque des symptômes tels que des règles irrégulières, une prise de poids, une croissance excessive des poils ainsi que l’infertilité.

Cette femme ayant un excès de poils sur le visage causé par le SOPK se laisse pousser la barbe

Au lycée, Alma s’est retrouvée avec une pilosité faciale foncée dont les autres élèves se moquaient. « Je n’avais jamais vraiment remarqué à quel point les gens se moquaient de ma pilosité faciale, jusqu’à ce qu’un conseiller d’orientation à l’école me demande si cela me dérangeait », a déclaré la jeune femme de 27 ans. « J’ai soudainement réalisé qu’il y avait un grand nombre de personnes qui me fixaient et chuchotaient. »

« Cela a tout changé pour moi. Je me suis rasée pour la première fois à 16 ans, avant le bal de fin d’année de huitième année, et j’ai continué à essayer de me débarrasser de mes poils pendant les huit années suivantes. »

Cette femme ayant un excès de poils sur le visage causé par le SOPK se laisse pousser la barbe

Alma se rappelle avoir reçu son diagnostic à 18 ans, le décrivant comme « une véritable gifle ». Apprendre qu’elle était peut-être infertile l’a rendue « très déprimée » pendant longtemps, et elle a continué à essayer de cacher sa barbe en se rasant, en s’épilant et en décolorant les poils. La New-Yorkaise a même essayé l’épilation au laser, mais un an après avoir reçu son diagnostic, elle a plutôt commencé à accepter sa condition.

« Quand j’avais environ 19 ans, un an après avoir reçu mon diagnostic, j’ai commencé à défendre ma propre cause, parce qu’il le fallait », a déclaré Alma. « Au début, c’était très difficile, et chaque fois que j’essayais de me faire pousser la barbe, je finissais par la raser au bout de quelques jours. »

Cette femme ayant un excès de poils sur le visage causé par le SOPK se laisse pousser la barbe

Alma a persévéré et a poursuivi ses recherches sur le SOPK, pour finalement tomber sur la star des médias sociaux Harnaam Kaur, qui montre sa propre barbe avec fierté à ses 150 000 abonnés. La jeune femme de 27 ans a décrit cette découverte comme un « moment décisif ».

Cette femme ayant un excès de poils sur le visage causé par le SOPK se laisse pousser la barbe

À 23 ans, Alma a enfin eu le courage de se laisser pousser la barbe. « J’ai essayé pendant si longtemps de changer mon apparence, mais je n’ai pas pu. J’ai fini par me dire que je suis faite pour être comme ça, alors j’ai arrêté d’essayer de changer », a-t-elle déclaré.

« Au début, les gens faisaient des commentaires cruels et cela me rabaissait vraiment. Aujourd’hui, il y a encore des gens qui me prennent en photo quand je me promène, mais cela ne me dérange plus du tout. Je me tourne et je les regarde pour qu’ils sachent que je peux voir ce qu’ils font et que je me fiche de ce qu’ils pensent de moi. »

Cette femme ayant un excès de poils sur le visage causé par le SOPK se laisse pousser la barbe

Alma a commencé à documenter son expérience sur Instagram en 2017, et a depuis attiré 6 000 adeptes. Elle a admis que la confiance n’est pas quelque chose que l’on peut acquérir du jour au lendemain, mais elle a dit qu’elle y était parvenue en prenant les choses un jour à la fois.

« Les médias sociaux m’ont permis de partager mon histoire et de montrer aux gens comment j’ai réussi à accepter ce que je ne peux pas changer », a déclaré Alma. « Je reçois beaucoup plus de commentaires positifs que négatifs, et j’ai aussi reçu beaucoup de messages de femmes qui luttent elles aussi contre le SOPK, qui me demandent des conseils. »