Que dites-vous à quelqu’un qui expose de fausses nouvelles et vous donne une perspective plus réaliste d’un événement ? Un gros merci et un câlin seraient un bon début. Avec toute la propagande et les mensonges trouvés sur les plateformes de médias ces jours-ci, ces gardiens de faits et de vérité devraient tous être loués pour leur travail.

Mais que se passe-t-il quand les diseurs de vérité deviennent à leur tour malhonnêtes ? Tout le monde aime les conspirations. Quand une photo choquante de flammes devant l’Arc de Triomphe est apparue, juxtaposée à un petit scooter en flammes aux côtés de photographes cherchant des angles en arrière-plan, elle est immédiatement devenue virale.

Personne ne sait qui a créé la comparaison ou pourquoi, mais elle a été partagée des dizaines de milliers de fois. De plus, elle était accompagnée de légendes sarcastiques telles que « la perspective est importante » ou « Paris brûle ». L’agence de presse internationale Agence France-Presse (AFP) a décidé d’intervenir et enquêter, et ce qu’ils ont trouvé était vraiment intéressant.

« La perspective est importante, de même que les dates et les lieux… parce que ces deux photos ont été prises sur deux jours différents, à deux endroits différents, à Paris », ont-ils écrit sur Twitter. « Les critiques sur la couverture médiatique sont légitimes, mais ce n’est pas le meilleur exemple. »

Le fil entier est écrit par un expert qui démantèle ce « reportage » et qui rappelle que même ceux qui prétendent travailler pour « la vérité » doivent être eux-mêmes vérifiés.

Ces images « démystifiant » les incendies lors des manifestations de Paris sont devenues virales au cours des derniers jours.

Quelqu’un a montré à quoi « ressemblait réellement » l’incendie lors de la manifestation de Paris, mais il s’est fait clouer le bec par des faits

Quelqu’un a montré à quoi « ressemblait réellement » l’incendie lors de la manifestation de Paris, mais il s’est fait clouer le bec par des faits

Quelqu’un a montré à quoi « ressemblait réellement » l’incendie lors de la manifestation de Paris, mais il s’est fait clouer le bec par des faits

Mais quelque chose semblait clocher aux yeux de l’agence de presse internationale AFP, alors elle a décidé d’enquêter.

Quelqu’un a montré à quoi « ressemblait réellement » l’incendie lors de la manifestation de Paris, mais il s’est fait clouer le bec par des faits

Quelqu’un a montré à quoi « ressemblait réellement » l’incendie lors de la manifestation de Paris, mais il s’est fait clouer le bec par des faits

Et ce qu’ils ont trouvé prouve que même ceux qui prétendent travailler pour « la vérité » doivent être eux-mêmes vérifiés.

Quelqu’un a montré à quoi « ressemblait réellement » l’incendie lors de la manifestation de Paris, mais il s’est fait clouer le bec par des faits

Quelqu’un a montré à quoi « ressemblait réellement » l’incendie lors de la manifestation de Paris, mais il s’est fait clouer le bec par des faits

Quelqu’un a montré à quoi « ressemblait réellement » l’incendie lors de la manifestation de Paris, mais il s’est fait clouer le bec par des faits

Quelqu’un a montré à quoi « ressemblait réellement » l’incendie lors de la manifestation de Paris, mais il s’est fait clouer le bec par des faits

Quelqu’un a montré à quoi « ressemblait réellement » l’incendie lors de la manifestation de Paris, mais il s’est fait clouer le bec par des faits

Quelqu’un a montré à quoi « ressemblait réellement » l’incendie lors de la manifestation de Paris, mais il s’est fait clouer le bec par des faits

Quelqu’un a montré à quoi « ressemblait réellement » l’incendie lors de la manifestation de Paris, mais il s’est fait clouer le bec par des faits

Quelqu’un a montré à quoi « ressemblait réellement » l’incendie lors de la manifestation de Paris, mais il s’est fait clouer le bec par des faits