L’artiste allemande Jenny Hefczyc, ou Jenny-Jinya, a fait pleurer ses fans à nouveau avec une nouvelle bande dessinée douce-amère. Cette fois, sa bande dessinée parle d’un bébé canard qui est séparé de sa mère et de ses frères et soeurs.

« Cette idée m’a toujours trotté dans la tête, particulièrement depuis qu’une famille de canards a été écrasée sous mes yeux sur une route de campagne peu passante. C’était une cruauté qui aurait pu être évitée si facilement », a-t-elle confié.

Mais soyez averti, vous devrez peut-être retenir quelques larmes et faire semblant d’avoir quelque chose dans les yeux si vous êtes au travail, à l’école ou en public. Nous avons prévu d’aller nourrir les canards dans le parc après avoir lu la bande dessinée de Jenny. Lorsque vous aurez terminé avec cet article, découvrez les autres bandes dessinées puissantes de l’illustratrice ici et ici.

L’artiste allemande Jenny-Jinya a publié une nouvelle bande dessinée douce-amère sur une famille de canards qui pourrait vous faire pleurer

La même artiste qui a fait pleurer les gens avec sa bande dessinée « Chat noir » et « Bon garçon » vient d’en publier une nouvelle avec un canard
La même artiste qui a fait pleurer les gens avec sa bande dessinée « Chat noir » et « Bon garçon » vient d’en publier une nouvelle avec un canard
La même artiste qui a fait pleurer les gens avec sa bande dessinée « Chat noir » et « Bon garçon » vient d’en publier une nouvelle avec un canard
La même artiste qui a fait pleurer les gens avec sa bande dessinée « Chat noir » et « Bon garçon » vient d’en publier une nouvelle avec un canard
La même artiste qui a fait pleurer les gens avec sa bande dessinée « Chat noir » et « Bon garçon » vient d’en publier une nouvelle avec un canard
La même artiste qui a fait pleurer les gens avec sa bande dessinée « Chat noir » et « Bon garçon » vient d’en publier une nouvelle avec un canard
La même artiste qui a fait pleurer les gens avec sa bande dessinée « Chat noir » et « Bon garçon » vient d’en publier une nouvelle avec un canard

Jenny a révélé que le dessin est son obsession depuis aussi longtemps qu’elle se souvienne. « Ma mère a toujours dit que je dessinais avant de pouvoir marcher. J’ai ramassé un crayon quand j’étais enfant et je n’ai jamais cessé de gribouiller. Oui, j’ai toujours voulu être artiste. Je voulais raconter des histoires et créer des mondes. Mais parfois, je dois faire des pauses, et il y a des jours où je me retire complètement de l’art. Sinon, je suis vraiment épuisée. »

Les bandes dessinées douces-amères de Jenny lui ont valu un grand nombre de fans : plus de 174 000 sur Instagram, 140 000 sur Facebook et 25 000 sur Twitter. Dans ses bandes dessinées, l’artiste allemande aborde diverses questions sociales liées aux animaux.