L’explosion qui a détruit le port de Beyrouth et endommagé la moitié de la ville a fait au moins 100 morts et 4 000 blessés hier soir, le 4 août. Plus de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium – un ingrédient utilisé dans les bombes artisanales – ont explosé dans ce que l’on croit être un entrepôt de pétards, après qu’un incendie ait été déclenché par un soudeur.

Des images horribles montrent une épaisse fumée s’échappant du bâtiment et envahissant les rues alors que les services d’urgence tentent désespérément de trouver des survivants dans la dévastation.

Au moins 100 personnes sont mortes dans l’explosion à Beyrouth qui a détruit des bâtiments et endommagé la moitié de la ville

Les hôpitaux, qui ont eux-mêmes été endommagés, ont lutté pour soigner les milliers de victimes. Les sauveteurs ont travaillé toute la nuit pour tenter de trouver ceux qui pourraient être pris au piège dans les décombres.

Le Liban connaît sa pire crise économique depuis des décennies et doit maintenant faire face aux ravages causés par l’explosion catastrophique, qui a pu être entendue à 200 kilomètres de là, à Chypre. « Ce à quoi nous assistons est une énorme catastrophe. Il y a des victimes et des blessés partout », a déclaré le chef de la Croix-Rouge libanaise.

Au moins 100 personnes sont mortes dans l’explosion à Beyrouth qui a détruit des bâtiments et endommagé la moitié de la ville

Pendant ce temps, le premier ministre libanais Hassan Diab a déclaré que les responsables « paieront le prix », avant de déclarer l’état d’urgence dans le pays pour deux semaines. Jusqu’à présent, le Royaume-Uni, les États-Unis, la France, les États du Golfe et même Israël ont offert leur aide au pays.

Les habitants de Beyrouth sont priés de rester à l’intérieur s’ils le peuvent, par crainte que l’explosion ne libère des gaz toxiques.

Zain Ja’far, rédacteur en chef de Sky News au Moyen-Orient, qui était également dans la ville au moment de l’explosion, a déclaré que « l’énorme explosion a fracassé les fenêtres, a déchiré la façade du bâtiment dans lequel nous nous trouvions, et une fois que la poussière s’est installée, nous avons réussi à sortir, nous et les autres, de ce bloc. »

Les pompiers étaient déjà présents à l’usine, s’occupant d’un premier incendie, lorsque celui-ci a fait exploser le nitrate d’ammonium, provoquant une explosion énorme et dévastatrice.

Au moins 100 personnes sont mortes dans l’explosion à Beyrouth qui a détruit des bâtiments et endommagé la moitié de la ville

Un expert israélien en bombes a suggéré que des feux d’artifice pourraient avoir été impliqués dans le premier incendie. « Vous pouvez voir des étincelles, vous pouvez entendre des sons comme du popcorn et des sifflements », a-t-il déclaré à MailOnline. « C’est un comportement très spécifique des feux d’artifice. »

La seconde explosion a laissé un carnage total, réduisant les bâtiments en un tas de décombres sur le sol.