L’homme le plus riche du monde est de retour avec un commentaire embarrassant sur sa propre richesse. Dans une récente interview, Elon Musk a insisté sur le fait que « presque tout le monde » peut s’offrir un billet à 100 000 $ pour aller sur Mars.

En 2020, Musk a déclaré qu’il espérait construire une ville sur Mars, qu’il peuplerait en envoyant 1 million de personnes sur la planète rouge via 1 000 vaisseaux spatiaux de SpaceX d’ici 2050. Lors d’une conversation avec Chris Anderson, responsable des conférences TED, Musk a été interrogé sur le coût du voyage vers Mars pour les passagers souhaitant quitter la Terre.

Elon Musk affirme que « presque tout le monde » peut dépenser 100 000 $ pour aller sur Mars
SpaceX

Musk a répondu que le prix serait déterminé en partie par des facteurs économiques, mais il a également souligné qu’il devrait être suffisamment bas pour qu’au moins un million de personnes puissent s’offrir le voyage afin de peupler sa nouvelle ville sur la planète. Selon lui, 100 000 $ sont suffisamment « abordables » pour que le voyage soit accessible à tous.

Vous pouvez regarder la vidéo complète ci-dessous

« Si déménager sur Mars coûte, à titre d’exemple, 100 000 $, alors je pense que presque tout le monde peut travailler et économiser 100 000 $ pour aller sur Mars s’il le souhaite », a déclaré Musk, selon Insider. « Nous voulons que ce soit accessible à tous ceux qui veulent y aller ».

Elon Musk affirme que « presque tout le monde » peut dépenser 100 000 $ pour aller sur Mars
SpaceX

Cela devrait aller sans dire, mais 100 000 $ n’est pas une somme d’argent que « presque tout le monde » peut économiser facilement. Il y a beaucoup de gens qui vivent de salaire en salaire. Et cela ne comprend pas les personnes qui n’ont pas de salaire du tout et qui luttent pour trouver assez d’argent pour se nourrir ou se loger.

Musk a également souligné que les gens pourraient vendre leur maison sur Terre et utiliser l’argent de cette vente pour financer leur billet pour Mars. Cependant, même cela est basé sur l’hypothèse erronée que la personne moyenne possède sa propre maison.