Une collégienne française a admis avoir inventé une histoire ayant conduit à la décapitation de son professeur

Une collégienne française a admis avoir inventé des accusations contre son professeur qui ont finalement conduit à son meurtre. Samuel Paty, professeur d’histoire et de géographie, a été décapité l’année dernière après avoir montré des images du prophète Mahomet à sa classe lors d’un cours sur la liberté d’expression en octobre dernier.

L’élève de 13 ans avait affirmé à son père que Paty avait demandé à des élèves musulmans de quitter la classe avant de leur montrer une « photographie du prophète [Mahomet] nu » à l’école de Conflans-Sainte-Honorine, dans l’ouest de Paris. Le père de l’élève a porté plainte et a déclenché une campagne de haine contre Paty, en mettant en ligne une vidéo dans laquelle il détaillait les allégations.

Une collégienne française a admis avoir inventé une histoire ayant conduit à la décapitation de son professeur
AP

Paty a reçu des menaces de mort à la suite de ces accusations, qui ont également suscité une réaction mondiale et l’indignation des pays musulmans. Le professeur a été décapité par un jeune homme de 18 ans, Abdullakh Anzorov, dix jours après les premières allégations. Cependant, la collégienne a maintenant admis qu’elle avait « menti » pour faire plaisir à son père.

Une collégienne française a admis avoir inventé une histoire ayant conduit à la décapitation de son professeur
AP

L’avocat de l’adolescente, Mbeko Tabula, a confirmé lundi que l’élève n’avait même pas assisté au cours où l’incident aurait eu lieu. Mbeko Tabula a également déclaré que l’adolescente de 13 ans était en congé maladie le jour en question. « Elle a menti, car elle s’est sentie prise dans un engrenage, car des camarades lui avaient demandé d’être leur porte-parole. »

Une collégienne française a admis avoir inventé une histoire ayant conduit à la décapitation de son professeur
AP

La collégienne aurait été exclue de l’école avant l’incident pour ne pas avoir assisté aux cours, bien qu’elle ait dit à son père que son exclusion était intervenue après qu’elle ait exprimé sa colère envers Paty pour avoir montré les photos. Le quotidien français Le Parisien a rapporté qu’elle n’aurait pas osé avouer à son père les véritables raisons de son exclusion peu avant la tragédie, qui était en fait liée à son mauvais comportement.

La jeune fille de 13 ans a été accusée de diffamation, tandis que son père a été arrêté pour « complicité dans un meurtre terroriste », les procureurs ayant soutenu qu’il y avait un « lien de causalité direct » entre la campagne de haine et le meurtre de Paty.

Une collégienne française a admis avoir inventé une histoire ayant conduit à la décapitation de son professeur
AP

Tabula a fait valoir que l’élève devait être sauvée des accusations et que le père était à blâmer pour « comportement excessif et disproportionné ». Anzorov aurait traqué Paty et l’aurait décapité dans la rue afin de venger l’utilisation des images par sa victime. Il a été abattu par la police antiterroriste peu après l’attaque. Le meurtre de l’enseignant a stupéfié les résidents français et a provoqué un élan de soutien, avec des cérémonies commémoratives et des marches qui ont eu lieu dans tout le pays.