Dans la nuit du mardi 17 novembre, le président Donald Trump a congédié Chris Krebs de son poste de directeur de l’Agence de la cybersécurité et de la sécurité des infrastructures du département de la Sécurité intérieure (CISA).

Krebs aurait découvert qu’il avait été démis de ses fonctions seulement après que Trump eut tweeté qu’il avait été « licencié », dans un tweet signalé par Twitter comme contenant une allégation contestée de fraude électorale.

« La récente déclaration de Chris Krebs sur la sécurité des élections de 2020 était très inexacte, dans la mesure où il y a eu des irrégularités et des fraudes massives, y compris des votes de personnes décédées », a écrit Trump.

« Les observateurs n’ont pas été autorisés à entrer dans les bureaux de vote, des “pépins” dans les machines de vote ont fait passer les votes de Trump à Biden, des votes tardifs et bien d’autres choses encore. Par conséquent, Chris Krebs a été démis de ses fonctions de directeur de l’Agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures avec effet immédiat. »

Donald Trump licencie un responsable de la sécurité des élections qui avait déclaré que l’élection était sécurisée
AP

Ce licenciement survient après que Krebs ait rejeté les allégations du président concernant la fraude électorale généralisée lors de l’élection présidentielle américaine de 2020, faisant partie d’un certain nombre de hauts fonctionnaires du ministère de la Sécurité intérieure qui ont déclaré que l’élection était « la plus sûre de l’histoire américaine ».

Une déclaration commune publiée jeudi 12 novembre par un groupe de responsables électoraux nationaux, étatiques et privés, indique : « Rien ne prouve que les systèmes de vote aient supprimé ou perdu des votes, changés des votes ou étés compromis de quelque manière que ce soit ».

Donald Trump licencie un responsable de la sécurité des élections qui avait déclaré que l’élection était sécurisée
AP

Ancien dirigeant de Microsoft, Krebs dirigeait l’Agence de la cybersécurité et de la sécurité des infrastructures du département de la Sécurité intérieure (CISA), qui a publié la déclaration, depuis sa création à la suite de l’ingérence russe dans les élections de 2016 jusqu’aux récentes élections.

Comme l’a rapporté The Guardian, Krebs avait auparavant dit à ses associés qu’il s’attendait à perdre son emploi, selon trois sources. Krebs aurait mis en colère Trump à cause d’un site Web appelé Rumor Control géré par la CISA, qui sert à démystifier la désinformation sur les élections. Des fonctionnaires de la Maison-Blanche avaient demandé que des informations exactes soient éditées ou retirées de Rumor Control, mais les fonctionnaires de la CISA avaient refusé de le faire.

« C’est un honneur de servir. Nous avons bien fait les choses. Défendre aujourd’hui, sécuriser demain. #Protect2020 », a tweeté Krebs, qui est largement respecté par les démocrates et les républicains. Krebs est le dernier fonctionnaire à avoir été congédié par Trump après sa défaite, le secrétaire à la défense Mark Esper ayant également été licencié.