Il faut du courage pour admettre ses erreurs. Mais c'est l'une des étapes les plus importantes de l’épanouissement personnel. Ce qui signifie que Bridgette Anne Armstrong est sur la bonne voie. Il y a un an et demi, Brigette est devenue mère, et tandis que son enfant, Riley, grandissait, elle a réalisé à quel point elle avait tort de juger les parents au foyer.

La femme du Minnesota s'est tournée vers Facebook pour partager ce qu'elle a appris, et ses paroles sincères ont instantanément touché une corde sensible chez de nombreux internautes. Son message émotionnel a accumulé plus de 31 000 réactions et 85 000 partages, et il décrit parfaitement les luttes quotidiennes d'un parent.

Bridgette croit que les gens sont critiques quand il s'agit de parents au foyer puisque cela n'a aucune valeur monétaire. « Par conséquent, les gens ne voient pas cela comme un travail », a-t-elle déclaré. « Il y a une stigmatisation qui entoure les parents au foyer. Les gens pensent que nous restons assises à la maison toute la journée et mettons nos enfants devant la télévision ou que nous jouons sur nos téléphones et que ce n'est pas vraiment un travail difficile. Mais je ne pense pas que les gens réalisent l'isolement et la solitude qui peuvent survenir lorsque la seule interaction humaine que vous avez est avec un enfant pendant la majorité de votre temps. C'est parfois épuisant émotionnellement. »

Cependant, la maman a trouvé un moyen de gérer ces sentiments. Lorsqu'elle atteint un point bas de sa journée, dans cette « phase de maman à la maison », Bridgette aime se dire que c'est temporaire. « Ce n’est qu’une phase et elle ne durera pas éternellement. Et chose surprenante, je sais qu’il arrivera un moment où cela me manquera. »

« S'il y a une chose que j'ai apprise de cette expérience, c'est que je ne suis certainement pas la seule à ressentir cela. Cependant, j'ai fini par voir la plupart des gens garder le silence sur ces sentiments par peur de ce que les autres diront », a ajouté Bridgette. « J'espère que cela va amorcer une conversation sur la stigmatisation qui entoure les parents au foyer et peut-être permettre à certains d’avoir le courage d’en parler. »