Une famille américaine a été dévastée après avoir appris que le corps d’un parent âgé avait été vendu à l’armée américaine pour des tests d’explosifs. Doris Stauffer, âgée de 73 ans, de l’Arizona, est décédée en 2013 après avoir souffert de la maladie d’Alzheimer pendant plusieurs années. Son fils, Jim Stauffer, a décidé de faire don de son cerveau à la science, dans l’espoir qu’il serait utilisé pour la recherche neurologique sur la maladie d’Alzheimer.

Une infirmière a suggéré à la famille de contacter le Biological Resource Center (BRC), une société qui négociait des restes humains donnés à des fins de recherche. Jim a signé un formulaire autorisant des recherches médicales sur le corps de Doris, cochant une case interdisant les expériences militaires, de sécurité du trafic et non médicales.

Le corps d’une vieille femme a été dynamité lors d’une expérience de l’armée américaine

Après avoir reçu les cendres de sa mère dix jours après le don, Jim n’a pas été informé de la manière dont son corps avait été utilisé. Reuters a ouvert une enquête et a découvert qu’une des mains de Doris avait été détachée pour être incinérée.

Le reste de son corps avait été vendu et expédié à un projet de recherche de l’armée américaine, où il avait été dynamité lors d’une expérience visant à mesurer les effets des bombes en bordure de route. Son cerveau n’a pas été utilisé pour la recherche sur Alzheimer, comme le souhaitait sa famille.

Selon Reuters, Doris était l’une des 20 personnes au moins qui avaient été utilisées dans des expériences sur des explosions sans le consentement des donneurs ou de leurs familles. Les corps ont été vendus à l’armée américaine pour environ 5 893 $US chacun.

Les responsables ont déclaré qu’ils n’avaient pas reçu de formulaire de consentement avec les corps. Au lieu de cela, ils avaient été obligés de se fier aux assurances de BRC selon lesquelles les familles ou les donateurs avaient consenti à ce que les restes soient utilisés de cette manière.

Comme l’a rapporté WYMT, Jim a depuis parlé des effets que le traitement de la dépouille de sa mère a eus sur lui. « Elle aurait ensuite été attachée à une chaise sur une sorte d’appareil et une détonation aurait eu lieu sous son corps pour avoir une idée de ce que le corps humain traverse quand un véhicule est frappé par un engin explosif improvisé. »

« Chaque fois que je rêve à ma mère, cette personne dans mon rêve était en colère. Chaque fois que je me souviens d’elle, chaque fois que je regarde une photo, je me souviens de cette chose atroce qui s’est passée. Elle ne sera jamais oubliée. »

Le corps d’une vieille femme a été dynamité lors d’une expérience de l’armée américaine

La famille de Doris poursuit maintenant BRC, qui a fermé ses portes en 2014 à la suite d’un raid du FBI. Le propriétaire de l’entreprise, Stephen Gore, a été condamné à une peine de probation en 2015 après avoir plaidé coupable d’avoir dirigé une entreprise illégale.

Gore comparaîtra devant le tribunal en octobre, dans le cadre de poursuites civiles intentées par diverses familles dont les restes de leurs proches ont été mal utilisés et vendus à des fins lucratives.