Le harcèlement sexuel est un sujet très chaud à l’heure actuelle et des femmes du monde entier trouvent le courage de se tenir debout et de se prononcer contre quelque chose qui est toléré depuis beaucoup trop longtemps. Et maintenant, grâce à l’histoire de cette femme partagée sur le site Reddit, il y a maintenant une nouvelle arme puissante contre les avances indésirables : les pets de vengeance.

« C’était MA façon d’utiliser mes fesses comme arme. Une arme contre lui », a-t-elle écrit au sujet de l’incident, qui s’est produit peu après que son collègue, Ted, lui a “accidentellement” tripoté le derrière. « Je crois que davantage de femmes devraient le faire. Qu’importe que ce ne soit pas féminin ! Ce n’est pas acceptable de se faire tripoter. Alors, pourquoi ne pas faire peur aux hommes avec notre cul ? »

(source)

Cette femme a déniché une nouvelle arme puissante contre les avances sexuelles indésirables au travail.

Un collègue ne cesse de harceler sexuellement cette femme, alors elle se venge de la meilleure façon possible

« C’était MA façon d’utiliser mes fesses comme arme. Une arme contre lui. »

Mon agresseur sexuel s’est fait congédier du travail aujourd’hui à cause de moi. Je suis très satisfaite.

Un gars au travail n’arrêtait pas de me “bousculer”. Il effleurait mes fesses et le côté de mes seins. Ça se produisait souvent. Il jouait l’innocent et évitait de me regarder dans les yeux. Aujourd’hui, il m’a tripoté le derrière. Une bonne pincée. Je me sentais vaincue comme si personne n’allait me croire, mais j’ai eu une idée.

Je me suis approchée de lui, je me suis tourné les fesses en direction de sa main et j’ai pété. Un pet bruyant et méchant. C’est dégoutant, je sais. Mais s’il veut me rabaisser et « réclamer mon derrière », alors je vais le rabaisser et « réclamer son derrière ».
Il a commencé à flipper et j’ai ensuite flippé aussi. Il ne verra plus jamais mon cul comme un objet sexuel, mais plutôt comme une boîte à pets qui a conquis sa minuscule main pour toujours.

Notre patron a entendu parler de ce qui s’est produit et nous a convoqué tous les deux dans son bureau. J’ai appris que j’étais l’une des cinq victimes de mon collègue. Il a dit que je lui ai intentionnellement pété dessus (j’ai dit que c’était un accident) et ça l’a fait flipper. Quand il m’a tripoté, c’était « une blague ».

Au moment où il a dit ces paroles, mon patron m’a demandé de m’excuser et mon collègue ramasse actuellement ses effets personnels.
Va te faire foutre, Ted.

ThankCod

La femme a-t-elle fait la bonne chose en pétant sur son collègue, ou a-t-elle été un peu trop loin ? Partagez-nous votre opinion dans les commentaires Facebook !