Une ancienne race de chien chanteur qui, selon les chercheurs, n’existait qu’en captivité, a été repérée dans la nature pour la première fois en cinq décennies. Le chien chanteur de Nouvelle-Guinée, connu pour ses sons harmoniques comparables à ceux émis par une baleine à bosse avec ses aboiements et ses hurlements aigus, aurait disparu dans la nature il y a 50 ans.

Seuls environ 200 de ces animaux extrêmement rares vivent aujourd’hui dans des centres de conservation ou des zoos à travers le monde, tous descendants de quelques chiens sauvages capturés dans les années 1970. Cependant, des chercheurs ont trouvé une nouvelle meute de chiens qu’ils seraient issus de la population de chiens chanteurs de Nouvelle-Guinée.

Une ancienne race de chien chanteur aperçue dans la nature pour la première fois depuis 50 ans

Les scientifiques ont d’abord repéré une meute de chiens sauvages ressemblant au chien chanteur de Nouvelle-Guinée dans les hautes terres reculées de Papouasie, en Indonésie, il y a quelques années, et ont mené une expédition en 2016 pour étudier 15 spécimens.

Lors d’une autre expédition en 2018, ils sont retournés sur le site de l’étude pour collecter des échantillons de sang de trois des chiens, ainsi que des données démographiques, physiologiques et comportementales, afin de confirmer si ces chiens sauvages des hauts plateaux s’apparentaient réellement aux chiens chanteurs.

Une ancienne race de chien chanteur aperçue dans la nature pour la première fois depuis 50 ans

Selon une étude publiée le 31 août dans la revue PNAS, une comparaison de l’ADN avec celui des chiens chanteurs en captivité suggère qu’ils ont des séquences de génome très similaires et sont beaucoup plus étroitement liés entre eux que n’importe quel autre chien.

Et bien que leurs séquences de génome ne soient pas identiques (les chiens sauvages des hauts plateaux présentent un chevauchement génétique de 70 % avec la population captive), les chercheurs pensent que les chiens des hautes terres sont la population originale de chiens chanteurs de Nouvelle-Guinée. La différence génétique serait attribuable à la consanguinité sévère de ceux en captivité due à un manque de nouveaux gènes.

Une ancienne race de chien chanteur aperçue dans la nature pour la première fois depuis 50 ans

« Les chiens en captivité sont super consanguins », a déclaré Elaine Ostrander, auteure principale de l’article et chercheuse aux National Institutes of Health, selon CNN. « Le tout a commencé avec huit chiens, et ils ont été accouplés entre eux, accouplés entre eux, et accouplés entre eux depuis des générations, donc ils ont perdu beaucoup de diversité génétique. »

Une ancienne race de chien chanteur aperçue dans la nature pour la première fois depuis 50 ans

Les chercheurs espèrent maintenant qu’il sera possible d’élever certains des chiens sauvages nouvellement découverts avec les chiens chanteurs de Nouvelle-Guinée pour aider à préserver la race originale en générant une véritable population de chiens chanteurs de Nouvelle-Guinée.

« Les chiens chanteurs de Nouvelle-Guinée sont rares », a expliqué Mme Ostrander. « Ils sont exotiques. Ils ont cette belle voix harmonique que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans la nature, donc perdre cela en tant qu’espèce n’est pas une bonne chose. Nous ne voulons pas voir cet animal disparaître. »