Des foules de fêtards d’Halloween ont été photographiées dans un parc d’attractions à Wuhan, en Chine, soit la ville largement considérée comme l’épicentre de la pandémie qui a secoué le monde cette année. La nuit dernière, le parc d’attractions Happy Valley de Wuhan a accueilli une foule nombreuse pour célébrer Halloween.

Certains ont été vus portant des masques faciaux, tandis que d’autres avaient abandonné le leur au profit d’un costume. Les invités sont venus au parc pour voir un défilé de chars comprenant un dragon chinois démoniaque et un bateau pirate fantomatique.

Wuhan célèbre Halloween dans des rues bondées 10 mois seulement après l’apparition du coronavirus
Getty Images

De nombreuses personnes en ont également profité pour revêtir des déguisements de superhéros, de geishas et d’infirmières zombies. Le tourisme est revenu à Wuhan au cours des derniers mois, les boîtes de nuit ayant fait salle comble le mois dernier, la ville n’ayant signalé aucun nouveau cas.

Les gens se sont également entassés au Maya Beach Water Park de Wuhan pour un autre événement en août, les médias d’État chinois rejetant la réaction mondiale qui a suivi, arguant qu’il s’agissait simplement d’un « signe du retour à la normale de la ville » et du rebondissement de l’économie.

Wuhan célèbre Halloween dans des rues bondées 10 mois seulement après l’apparition du coronavirus
Getty Images

Selon le Daily Mail, le pays n’a signalé que 47 nouveaux cas le jour de l’événement d’Halloween à Happy Valley Wuhan. Cependant, en Europe, de nombreux pays sont confrontés à une seconde vague d’infections, la France et l’Allemagne imposant toutes deux un second confinement pour tenter de freiner la propagation.

Wuhan célèbre Halloween dans des rues bondées 10 mois seulement après l’apparition du coronavirus
Getty Images

Selon Le Parisien, le président français Emmanuel Macron a déclaré que les couvre-feux à Paris et dans d’autres grandes villes n’avaient pas réussi à endiguer la vague d’infections. « Notre objectif est simple : réduire fortement les infections de 40 000 à 5 000 par jour et ralentir le rythme des admissions à l’hôpital et aux soins intensifs », a déclaré le président. « Quoi que nous fassions, près de 9 000 personnes seront en soins intensifs à la mi-novembre. »

Bien que M. Macron reconnaisse que les nouvelles restrictions sont « déchirantes », il a déclaré qu’il ne pourrait jamais rester sans rien faire et voir des centaines de milliers de nos citoyens mourir.