La première corrida d’Espagne depuis le confinement du pays a suscité de nouveaux appels à l’interdiction de ce sport sanguinaire. Des militants de La Tortura No Es Cultura (La torture n’est pas une culture) et des gardiens des animaux ont pris des photos macabres de l’événement, qui s’est déroulé dans la ville d’Avila à une centaine de kilomètres de Madrid, rapporte le Daily Mail.

Comme on peut s’y attendre dans une corrida, les images montrent le matador en train de poignarder le taureau à plusieurs reprises, que l’on peut voir mourir lentement alors que le sang coule de ses blessures, de son nez et de sa bouche.

Les images révèlent également qu’une grande partie de l’arène était vide, et les militants affirment que ce manque de soutien et d’intérêt sert de preuve que la tauromachie ne devrait pas obtenir des subventions du gouvernement dont elle a besoin pour survivre.

Un taureau ensanglanté meurt dans la douleur alors que l’Espagne organise ses premières corridas après le confinement

« N’avons-nous pas déjà eu une surdose de mort et de douleur ces derniers mois ? », a déclaré Carmen Ibarlucea, du groupe de défense des droits des animaux La Tortura No Es Cultura. « Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en Espagne, ceux d’entre nous qui rejettent la corrida sont une grande majorité. En 2005, l’Angleterre a interdit la chasse au renard. La Chine, il y a à peine un mois, a interdit l’élevage de chiens pour la consommation humaine. Les traditions ne sont pas immuables. »

Un taureau ensanglanté meurt dans la douleur alors que l’Espagne organise ses premières corridas après le confinement

La tauromachie a été durement touchée par le confinement et le secteur a demandé des fonds publics supplémentaires pour l’aider à survivre. Les organisateurs reçoivent déjà des fonds des gouvernements locaux et nationaux, tandis que les fermes qui élèvent des taureaux pour l’arène reçoivent de l’argent de l’UE.

Un taureau ensanglanté meurt dans la douleur alors que l’Espagne organise ses premières corridas après le confinement

« Le lobby de la tauromachie réclame depuis des mois des fonds publics et exige de pouvoir organiser une corrida », a déclaré Marta Esteban Miñano, de l’association Animal Guardians. « Et que s’est-il passé ? Ce fut un échec total, les prétendus supporters n’ont pas répondu. »

« Comment cette cruelle entreprise en faillite peut-elle continuer à être subventionnée par des fonds publics ? C’est un gaspillage des impôts espagnols et européens en cette période de grand besoin. »

Un taureau ensanglanté meurt dans la douleur alors que l’Espagne organise ses premières corridas après le confinement

Cependant, beaucoup de personnes qui travaillent dans le secteur de la tauromachie affirment que le gouvernement espagnol utilise la pandémie de coronavirus comme une occasion de tuer cette tradition controversée.

« Le secteur de la tauromachie est l’un des plus touchés par la situation dramatique que nous vivons », a déclaré Matador Cayetano Rivera sur les médias sociaux. « Nous ne pouvons pas oublier les nombreuses personnes et familles qui dépendent, directement ou indirectement, du monde de la tauromachie pour vivre. »

Un taureau ensanglanté meurt dans la douleur alors que l’Espagne organise ses premières corridas après le confinement

Andres Roca Rey, une jeune star de l’arène, a également pris sa défense. « Je pense que beaucoup de jeunes veulent maintenant s’identifier à leur pays et qu’ils comprennent que regarder la corrida, c’est embrasser la culture espagnole, et certainement pas voir un animal souffrir », a-t-il déclaré, selon le New York Times.