En Espagne, une femme qui a obtenu un résultat positif au test de dépistage pour le coronavirus a été arrêtée pour avoir pratiqué le surf alors qu’elle aurait dû être mise en quarantaine.

La femme non identifiée a été menottée par des officiers en combinaisons Hazmat le lundi 7 septembre sur la plage de la Zurriola à San Sebastián, au Pays basque, après avoir refusé d’arrêter de surfer et avoir tenté de s’enfuir. La femme, qui travaille comme sauveteuse à la plage de La Concha, a été arrêtée pour désobéissance aux autorités et pour des crimes contre la santé publique, selon le journal espagnol El País.

Les agents ont répondu à des informations selon lesquelles une femme qui devait s’isoler continuait à surfer vers midi. Cependant, après avoir été approchée par un canot de sauvetage et s’être fait dire de se rendre à terre, la femme a continué à surfer pendant une heure. De retour à terre, elle a été arrêtée et une zone de la plage a été fermée au public.

Une surfeuse infectée par le coronavirus est traînée hors de la plage par des agents vêtus de combinaisons Hazmat

Elle a été relâchée quelques heures plus tard, mais elle pourrait être condamnée à une amende de 3 000 à 6 000 euros pour violation de quarantaine, et jusqu’à 120 000 euros si on pense qu’elle a transmis le coronavirus à quelqu’un d’autre, selon El Diario Vasco.

Une surfeuse infectée par le coronavirus est traînée hors de la plage par des agents vêtus de combinaisons Hazmat

La publication rapporte qu’elle a reçu un résultat positif au test de dépistage du Covid-19 il y a quelques jours et que ce sont ses collègues qui ont dit à la police qu’elle violait la quarantaine.

Une surfeuse infectée par le coronavirus est traînée hors de la plage par des agents vêtus de combinaisons Hazmat

En France, le professeur Xavier Lescure, spécialiste en maladies infectieuses à l’hôpital Bichat, à Paris, a mis en garde contre une deuxième vague. « En tant que médecin, je pense que la situation est très préoccupante, en tant que citoyen, j’ai peur, je ne suis pas certain qu’on retrouve le monde d’avant », a-t-il déclaré, selon Ouest France.

Une surfeuse infectée par le coronavirus est traînée hors de la plage par des agents vêtus de combinaisons Hazmat

Le médecin craint une deuxième vague beaucoup plus longue, avec plus d’impact sur le plan économique, culturel, global, alors que la Grande-Bretagne vient d’ordonner quatorze jours d’isolement aux voyageurs arrivant de France.