Un matador espagnol malchanceux a été attaqué par un taureau après l’avoir poignardé lors d’une des premières corridas d’Espagne après le confinement du coronavirus. Enrique Ponce avait poignardé l’animal pour tenter de le tuer dans l’arène d’El Puerto de Santa Maria, dans le sud-ouest de l’Espagne.

Mais après avoir été poignardé, le taureau s’est retourné contre M. Ponce, père de deux enfants, ce qui l’a obligé à s’allonger pour tenter de se protéger. D’après les rapports, c’était la première fois que M. Ponce remontait dans l’arène à l’occasion du 140e anniversaire de la Real Plaza de Toros de El Puerto de Santa María.

Fait assez remarquable, M. Ponce n’a pas été blessé par cet incident, mais une chose est sûre : le karma est un taureau. La tauromachie est revenue en Espagne après la publication par le gouvernement de nouvelles règles qui ont rendu nécessaire un retour progressif à mesure que le pays assouplissait ses mesures de confinement.

Un matador est encorné dans l’anus et soulevé dans les airs pendant une corrida

Les régions d’Espagne qui sont en phase deux peuvent remplir leurs arènes au tiers de la capacité maximale jusqu’à un maximum de 400 personnes. Les régions en phase trois peuvent avoir une capacité de 50 % ou 800 spectateurs. Des conditions ont également été mises en place qui stipulent que tout équipement utilisé et tout ce qui est partagé doivent être complètement désinfectés par la suite.

La tauromachie était inexistante depuis que l’Espagne avait déclaré l’état d’urgence le 14 mars dernier et que les gens avaient exprimé de « graves inquiétudes » pour ce « sport ». Les défenseurs des droits des animaux espéraient que le Covid-19 mettrait un terme à la corrida, mais l’organisation à but non lucratif Fundación del Toro de Lidia a rapidement défendu son retour.

Un matador est encorné dans l’anus et soulevé dans les airs pendant une corrida

Après l’annulation de dizaines d’événements, dont la tristement célèbre course de taureaux de Pampelune, le torero Cayetano Rivera a déclaré ce qui suit sur les médias sociaux : « Le secteur de la tauromachie est l’un des plus touchés par la situation dramatique que nous vivons ».

Victorino Martín, un éleveur de taureaux de combat, a déclaré à The Guardian que le coronavirus est arrivé « au pire moment possible ». Martín, qui dirige la Fundación del Toro de Lidia, a poursuivi en estimant que la perte de revenus se situe jusqu’à présent autour de 700 millions d’euros, ajoutant que certains éleveurs avaient déjà abandonné.

« Il y a des éleveurs qui ont abattu tous leurs animaux », a-t-il expliqué. « Je sais qu’il y a eu une semaine où plus de 400 animaux ont été tués ».

Un matador est encorné dans l’anus et soulevé dans les airs pendant une corrida

L’industrie s’est tournée vers le gouvernement espagnol pour obtenir de l’aide et des subventions pour s’assurer que les éleveurs puissent faire face à la pression financière. Mais cela a été accueilli par des militants des droits des animaux qui ont demandé à ce qu’ils ne soient pas soutenus.