Kathryn, une infirmière du Tennessee, est l’une des innombrables personnes qui travaillent en première ligne de la pandémie. Tandis que nous sommes constamment alimentés en statistiques sur les personnes atteintes du virus, ses photos illustrent les ravages causés par le coronavirus sur le personnel médical qui a travaillé dans les hôpitaux au cours de l’année dernière.

La femme de 27 ans a parlé à Metro de son expérience de traitement du COVID-19 après que sa publication sur Twitter soit devenue virale. Elle a publié deux images avec la légende « How it started… how it is going » (comment ça a commencé… comment ça se passe).

Ces photos avant et après d’une infirmière montrent la réalité des mois de traitement du coronavirus
kathedrals

Le premier cliché montre Kathryn après l’obtention de son diplôme, tandis que le second la montre à la fin d’un quart de travail, avec des marques sur le visage dues au port de l’équipement de protection individuelle (EPI) pendant des heures. Au moment de la rédaction du présent article, ses photos ont été partagées plus de 82 000 fois et ont accumulé plus de 900 000 mentions « J’aime ».

Ces photos avant et après d’une infirmière montrent la réalité des mois de traitement du coronavirus
kathedrals

« Le samedi soir, j’étais en plein service, je sortais de la chambre d’un patient et je venais d’enlever tout mon EPI », a déclaré Kathryn à The Outlet. « J’avais l’image dans ma tête de la remise des diplômes, et je voulais montrer la différence que quelques mois peuvent faire et la réalité d’être une infirmière au coeur de la pandémie. »

Kathryn travaille selon un cycle de trois quarts de 12 heures et demie et de trois jours de congé. Tandis que la plupart des marques sur son visage ont tendance à s’effacer après quelques heures, elle dit que celle sur son nez disparaît juste à temps pour le début de son prochain service.

L’hôpital est actuellement confronté à une nouvelle recrudescence de coronavirus, après une précédente augmentation en juillet. Cependant, avec Noël et Thanksgiving à l’horizon, elle craint que le pire soit encore à venir.

« Je me suis résignée au fait que les choses seront au pire dans quelques semaines, mais je veux que cela se fasse maintenant, pour que nous puissions en finir », a-t-elle déclaré. « Nous sommes en mode catastrophe depuis que je suis devenue infirmière. Je n’ai aucune idée de ce que c’est que d’être infirmière dans des circonstances normales. Nous sommes confrontées à tant de désinformation et à tant de théories du complot qui affectent directement ce que nous faisons chaque jour. »

Néanmoins, bien que cela ait été difficile, Kathryn est heureuse de pouvoir améliorer le sort des gens. « C’est enrageant de voir les gens traiter la pandémie comme une blague, mais quand je suis au travail, je peux aider les gens qui en ont besoin. »