Les médecins et les infirmières sont en première ligne pour lutter contre le coronavirus. Leur vie est maintenant plus difficile que jamais et certains ont décidé de publier leurs expériences en ligne. Tandis que la plupart des internautes expriment leur soutien aux médecins et infirmières, certains leur disent de « cesser de se plaindre ».

Après avoir constamment entendu des gens leur dire qu’ils devraient cesser de se plaindre parce que c’est ce pour quoi ils ont signé, une infirmière n’en pouvait plus et a partagé ses réflexions sur la lutte contre la Covid-19.

Elle a expliqué en détail comment la pandémie diffère de la norme et pourquoi critiquer les médecins et les infirmières pour avoir exprimé leur désarroi est simplement inacceptable.

Une infirmière n’en pouvait plus d’entendre les gens dire aux professionnels de la santé de « cesser de se plaindre », alors elle a publié un message expliquant pourquoi elle n’avait pas signé pour cela

Tandis que certains utilisateurs ont soutenu le message de TurtMaGurt3, d’autres ont déclaré que des professionnels de la santé se sont engagés à lutter contre cette situation et les ont comparés à des « soldats dans une guerre différente » qui doivent faire leur devoir quoiqu’il arrive.

Bien que les réactions au message de TurtMaGurt3 aient été mitigées, il a tout de même déclenché une discussion en ligne, récoltant plus de 9 000 votes positifs et 184 000 vues.

L’utilisatrice est loin d’être la seule professionnelle de la santé à souligner à quel point la situation actuelle est atypique et stressante. Par exemple, une infirmière aux urgences à New York avec 12 ans d’expérience a déclaré à la BBC qu’il manquait d’équipement pour prendre soin des patients.

Elle a révélé à la BBC que les médecins et les infirmières reçoivent un équipement de protection individuelle rationné. « Nous obtenons un masque N-95 et nous devons le réutiliser pendant cinq quarts de travail. »

« Avant cette pandémie, vous ne deviez jamais réutiliser cet équipement. C’était une utilisation unique et il était jeté. Maintenant, on nous dit de l’utiliser pour notre quart de travail, de le mettre dans un sac en papier et de le conserver pour le prochain quart de travail. Après cinq quarts de travail, nous en obtenons un nouveau. Nous manquons de fournitures de base parce que tous nos patients en ont tellement besoin », a-t-elle déclaré.