Des images satellites surprenantes publiées par la NASA ont révélé une forte baisse des niveaux de pollution en Chine, qui serait attribuable en partie au ralentissement économique provoqué par l’épidémie de coronavirus. Les cartes de la NASA montrent une nette réduction des niveaux de dioxyde d’azote (NO2) du pays, un gaz nocif émis par les voitures, les centrales électriques et les installations industrielles.

Ces résultats surviennent à un moment où les activités des usines chinoises connaissent un déclin record, les fabricants arrêtant de travailler pour empêcher le coronavirus de se propager davantage. La nouvelle de l’épidémie a commencé vers la fin de 2019, quand il a été révélé que des médecins de la ville de Wuhan traitaient des dizaines de cas de pneumonie de source inconnue. Quelques jours plus tard, il a été confirmé que ces cas étaient dus à un nouveau coronavirus (COVID-19).

En date du 23 janvier 2020, les autorités avaient mis fin au transport entrant et sortant de Wuhan afin de contenir la maladie. Cela a marqué la première de plusieurs mises en quarantaines établies en Chine et dans le reste du monde. Des millions de personnes ont depuis été mises en quarantaine, le virus ayant été détecté dans au moins 56 pays en date du 28 février 2020.

Des images de la NASA montrent une baisse radicale de la pollution en Chine après la quarantaine due au coronavirus

Des scientifiques de la NASA ont découvert que la réduction de la pollution par le NO2 était apparue pour la première fois près de Wuhan, pour finalement se propager dans tout le pays. « Il est prouvé que le changement est au moins en partie lié au ralentissement économique attribuable à l’apparition du coronavirus », a déclaré le chercheur sur la qualité de l’air Fei Liu du Goddard Space Flight Center de la NASA. « C’est la première fois que je constate une baisse aussi spectaculaire sur une zone aussi large pour un événement spécifique. »

Des images de la NASA montrent une baisse radicale de la pollution en Chine après la quarantaine due au coronavirus

Bien que Liu se souvienne avoir vu le NO2 baisser dans plusieurs pays pendant la récession économique de 2008, cette baisse a été progressive. Les scientifiques ont également noté une réduction substantielle près de Pékin lors des Jeux olympiques de 2008. Cependant, cet impact a été largement localisé dans la ville, les niveaux de pollution augmentant à nouveau après la fin des Jeux olympiques.

Cette récente baisse de NO2 coïncide également avec les célébrations du Nouvel An lunaire en Chine, un moment où les entreprises et les usines ferment généralement de fin janvier à début février. Auparavant, la pollution de l’air diminuait pendant cette période, mais augmentait une fois les festivités terminées. Cette année, cependant, les niveaux de pollution n’ont pas augmenté à nouveau après la fin des célébrations.

Des images de la NASA montrent une baisse radicale de la pollution en Chine après la quarantaine due au coronavirus

« Cette année, le taux de réduction est plus important que les années précédentes et il a duré plus longtemps », a déclaré Liu. « Je ne suis pas surpris, car de nombreuses villes du pays ont pris des mesures pour minimiser la propagation du virus. »

Comme l’a rapporté BBC News, au moins 56 millions de personnes dans la province du Hubei, soit l’épicentre de l’épidémie, sont soumises à des ordres stricts de rester à l’intérieur de leurs communautés ou villages résidentiels. À un moment donné, environ 500 millions de personnes auraient été affectées par des restrictions de mouvement.