Le gars qui a créé cette histoire amusante s’est récemment retrouvé chez IKEA avec sa femme, mais ne sachant pas exactement pourquoi ils y étaient retournés.

Pour tenter de résoudre le mystère et donner un sens à son aventure inexplicable, il a décidé d’enregistrer son voyage et de le publier sur Internet.

S’en est-il tiré vivant ? Et surtout, a-t-il réussi à ressortir du magasin sans avoir acheté quoi que ce soit ? Lisez le journal photo hilarant ci-dessous pour le découvrir.

Plus d’info : Imgur (source)

« Nous sommes arrivés. Notre appartement est meublé. Je ne sais pas pourquoi nous y retournons. »

« Il semble que nous sommes ici, en partie, pour déjeuner. »

« J’ai échappé de la sauce mauve aux fruits sur mes pantalons. C’est la tradition. Et ça va probablement tacher. Sur Facebook, ma tante recommande de verser de l’eau bouillante sur la tache. Elle recommande aussi d’enlever le pantalon en premier. »

« N’ayant reçu aucune instruction sur l’endroit où je dois placer mon appareil mobile pour nourriture, je l’ai laissé là. J’espère qu’il n’entrainera pas d’inconvénient. »

« Nous sommes peut-être ici pour des solutions de rangement institutionnelles. Ma femme dit : “peut-être quand nous aurons huit enfants.” Nous n’avons pas d’enfant. Nous continuons. »

« Nous regardons des chandelles. Nous avons plusieurs chandelles. Nous avons acheté nos chandelles chez IKEA. Celles-ci sont légèrement différentes. »

« Elle m’a demandé mon avis sur cette solution de rangement. J’ai dit : “Nous n’avons pas de place.” C’était apparemment une mauvaise réponse. »

« Il semble que nous sommes ici pour un miroir. Je me souviens vaguement d’une conversation où elle a exprimé ce besoin. »

« Ceci n’est pas un miroir. Notre but ultime demeure aussi mystérieux que les petits points au-dessus des voyelles sur les étiquettes d’articles. »

« Ma femme est tombée sous le charme des rats en peluche. Ça ne m’inquiète ou ne me surprend pas, même si je suis surpris que les rats soient si éminemment présents sur le présentoir. C’est un étrange choix de marketing. »

« D’autres rats. Je commence à spéculer qu’ils sont en quelque sorte importants dans la culture suédoise. »

« Elle a commenté la robustesse de ces cuillères. Il me semble que nos autres cuillères ne sont pas en mauvais état. »

« “C’est ici que tu trouves les serviettes”, affirme-t-elle. Je dois avouer que, en m’appuyant sur la preuve, elle a raison. »

« “T’es prêt ?”, demande-t-elle. Je réponds oui, mais je ne sais pas exactement de quoi elle parle. »

« “Ceci serait très joli”, affirme ma femme. J’hésite à accrocher la photo d’une parfaite inconnue au mur. Elle parlait du cadre. Je me trouve en terrain dangereux. »

« Nous habitons dans un sous-sol. Je crains pour la vie de toutes plantes que nous achetions. »

« “Mais qu’est-ce que c’est ?”, demande ma femme. L’étiquette ne contient aucune réponse. »

« Ma femme dit que ces plantes lui font penser à des arbres baobabs. Je lui rappelle patiemment que les baobabs mesurent des dizaines de mètres de hauteur. Elle va se blesser à la rétine si elle continue de lever les yeux comme ça. »

« Je me suis fait prendre. »

« Nous passons à la caisse. Nous avons un couvercle pour micro-ondes, un sucrier et un séparateur pour tiroir. Nous n’avons pas de miroir. “Je veux une glace”, affirme-t-elle. »

« “Je t’aime pour toujours, même si je suis déjà obligée de t’aimer”, affirme ma femme. Je l’aime, aussi. »