La Chine a commencé à utiliser des écouvillons anaux pour détecter la présence de COVID-19

En Chine, les résidents de Pékin sont actuellement testés pour le Covid-19 à l’aide de prélèvements anaux, plutôt que par les techniques plus traditionnelles du nez et de la gorge utilisées dans le monde entier. Certains experts affirment que cette méthode est plus précise et augmente les chances de détecter le coronavirus, même chez les personnes asymptomatiques.

Cependant, les avis sont partagés et d’autres ont suggéré que le test des voies respiratoires est plus que suffisant. Plus de trois millions de personnes à Pékin ont été testées depuis le 17 janvier après qu’un garçon de neuf ans a reçu un résultat positif au test de dépistage du Covid-19.

La Chine a commencé à utiliser des écouvillons anaux pour détecter la présence de COVID-19
AP

Afin de recueillir les échantillons d’acide nucléique nécessaires au test, un écouvillon doit être inséré dans le rectum sur deux ou trois centimètres, puis tourné plusieurs fois. Après avoir effectué ce mouvement à deux reprises, l’écouvillon est retiré et placé dans un récipient stérile pour échantillon. Cela prend environ 10 secondes.

Les écouvillons anaux sont en fait utilisés en Chine depuis l’année dernière. Cependant, selon un expert chinois en contrôle des maladies, ils ne sont utilisés que pour des groupes clés dans les centres de quarantaine, car ils sont très peu pratiques pour ceux qui les reçoivent.

La Chine a commencé à utiliser des écouvillons anaux pour détecter la présence de COVID-19
AP

Selon Li Tongzeng, de l’hôpital You’an de Pékin, le coronavirus survit plus longtemps dans les excréments ou l’anus que dans la gorge et les voies nasales. « Nous avons constaté que certains patients qui présentent très peu de symptômes ont tendance à se rétablir rapidement », a-t-il déclaré à CCTV, selon le Daily Mail. « Il est donc possible qu’il n’y ait plus de trace du virus dans leur gorge après trois à cinq jours. »

La Chine a commencé à utiliser des écouvillons anaux pour détecter la présence de COVID-19
AP

« Cependant, le virus peut être détecté pendant une plus longue période à partir des échantillons prélevés dans le tube digestif et les excréments du patient, par rapport à ceux prélevés dans les voies respiratoires. Si nous effectuons des prélèvements anaux pour les tests d’acide nucléique, cela augmentera le taux de détection des patients et réduira le risque d’un diagnostic raté. »

La Chine a commencé à utiliser des écouvillons anaux pour détecter la présence de COVID-19
AP

Yang Zhanqui, directeur adjoint de la biologie des pathogènes à l’université de Wuhan, a déclaré que le prélèvement de gorge et de nez reste le meilleur moyen de détecter le virus, car il est contracté par les voies respiratoires et non par les voies digestives. « Il y a eu des cas où le coronavirus a été dépisté dans les excréments d’un patient, mais aucune preuve n’a suggéré qu’il avait été transmis par le système digestif », a-t-il déclaré au Global Times.