Confinement : jour 65

Cher journal,

Ma femme s’est pesée ce matin, mais je lui avais pourtant déconseillé de le faire. J’en conclus qu’elle s’est énervée vu qu’il faut que je répare la fenêtre de la salle de bain. La bonne nouvelle, c’est qu’on va avoir des balais d’essuie-glace neufs vu que le pèse-personne a fini sa course dans le pare-brise de la voiture qui était garée devant la fenêtre.
Les enfants m’ont dit que leur maîtresse leur manquait. Je leur ai répondu qu’elle me manquait à moi aussi, mais ma femme était juste à côté et ça ne l’a pas fait rire. On recherche activement des pansements pour refermer la plaie que le coup de poêle a laissée sur ma tête.
J’ai surpris ma femme à passer l’aspirateur dans le gazon. Elle lave le linge qui sort du sèche-linge et fait la vaisselle avant de la mettre au lave-vaisselle. Elle a tellement lavé les murs que le placo est revenu à brut comme avant la pose. On voit même réapparaître les vis.
On a essayé les jeux de société pour passer le temps. Au bout de 30 minutes, j’ai rangé le jeu de Monopoly. Notre fille ne voulait pas acheter des rues, mais plutôt des pâtes, et Brandon ne voulait pas toucher le dé sans l’avoir désinfecté au gel hydroalcoolique à chaque tour. Résultat : on ne voyait plus les points noirs et chacun inventait le nombre qui l’arrangeait (je vous laisse imaginer). Kevin jouait avec des feuilles de PQ, qui valaient beaucoup plus cher selon lui, mais pour connaître la valeur, il fallait la lui demander, car la seule différence, c’était la couleur rose ou blanche.
Sa soeur a quitté la table en disant : « Tu fais chier, Kevin. Je veux des paillettes dans ma vie ». Elle a 8 ans. Quand je lui ai demandé où il allait, il m’a dit : « C’est bon, je vais lui chercher ses palettes, il y en a 4 dans le jardin ». Heu, bon, moi je vais boire une bière. Ah merde, il n’y en a plus. Mais bon, il est 9h30 du mat. Putain, la journée va être longue…