Qu’est-ce qu’un professeur fait quand personne ne se pointe à son cours ? Il tweete. Un professeur tweete. Du moins, c’est ce que fait le professeur Adam Heath Avitable.

Quand Adam a réalisé que personne n’était venu à son cours, il a commencé à se poser des questions : « Leur ai-je dit que le cours était annulé ? Sommes-nous jeudi ? Suis-je en train de rêver ? » Alors, pour s’occuper, il a commencé à tweeter, et nous devons avouer que ses tweets sont hilarants !

Plus d’info : Twitter | Source : BoredPanda

Vous connaissez le règlement qui dit que si le professeur est en retard de plus de 15 minutes, le cours est annulé ?
Le contraire s’applique-t-il aussi ?

Le cours a commencé il y a 30 minutes. Il n’y a aucun étudiant. Je croyais en avoir vu un arriver, mais ce n’était qu’un membre du personnel. Qui a ri de moi.

Cinq minutes additionnelles se sont écoulées. Je commence à douter de moi-même. Leur ai-je dit que le cours était annulé ? Sommes-nous jeudi ? Suis-je en train de rêver ?

C’est si calme. Chaque fois que j’entends une porte s’ouvrir, je me lève et souris. Mais quand personne n’entre dans ma classe, la mort fraie son chemin en moi.

Le cours a débuté il y a 45 minutes. Il n’y a toujours pas d’étudiants. Je suis parano. La porte de la classe est-elle verrouillée ?

Je vérifie.

Non.

Les autres êtres humains sur Terre sont-ils tous morts ? Y a-t-il eu une attaque de zombies, étant le seul survivant, seul dans ma classe ?

Je vous jure, si aucun étudiant ne s’est pointé d’ici une heure, je quitte l’école.

Un oiseau se pose à l’extérieur de ma fenêtre. Je l’invite à venir apprendre l’algèbre. Il refuse et s’envole. J’espère qu’un chat le mangera.

Je m’imagine des scénarios abracadabrants où tous mes étudiants ont été victimes d’un seul accident de voiture complexe et c’est pourquoi ils sont en retard.

Je regarde mes courriels pour voir si j’ai manqué quelque chose. Je n’ai pas de courriels. C’est bizarre. Suis-je décédé ? Suis-je en enfer ?

Ma feuille de présence est aussi vide que mon âme en ce moment. Je dois manger tous ces bonbons seul.

Peut-être que je devrais commencer à enseigner. Les étudiants m’entendront et entreront. Ça ne serait pas fou, n’est-ce pas ? N’EST-CE PAS ?

JE VOUS JURE, SI QUELQU’UN SE MOQUE DE MOI, JE VAIS probablement m’effondrer en larmes.

Les lumières viennent de s’éteindre automatiquement. Je me lève et je bouge pour qu’elles se rallument, mais à quoi ça sert ?

J’entends des voix à l’extérieur. Je regarde par la fenêtre, avec de l’espoir dans mon cœur. Ce ne sont que des enfants sur leurs vélos, s’amusant.

Je crie : « Pourquoi n’êtes-vous pas à l’école ? Votre professeur a besoin de vous », tout en leur montrant le majeur.

J’ai commencé à surnommer les chaises de la classe. Funfetti, c’est l’étudiant modèle. Charmander, le perturbateur.

J’envoie un courriel à mon patron. « OÙ SONT LES ÉTUDIANTS ???!!?? »

Aucune réponse.

Et ça se produit. J’entends une porte s’ouvrir. Les pas deviennent plus bruyants alors que quelqu’un approche. Est-ce possible ? Un étudiant ? Avec 90 minutes de retard ?

Ce n’est pas un étudiant.

Ça suffit. J’abandonne. Je ramasse mes choses et je m’en vais à la maison. C’est assurément un signe que je ne devais pas enseigner à personne aujourd’hui.

Deux étudiants viennent d’arriver. Implacables, aucune excuse, aucune explication. J’espère qu’ils savent qu’ils n’auront pas de bonbons.

Je n’en peux plus. Je leur donne des bonbons quand même. Mais je leur rappelle que le cours a commencé il y a 95 minutes. Ils haussent les épaules. Mon envie de tuer augmente.

Les deux étudiants me demandent s’ils peuvent utiliser les ordinateurs aujourd’hui. Je pousse un soupir et je dis OK. Je n’ai même pas besoin d’être ici. Fin.