Une étudiante collégiale de 21 ans lance un message après avoir frôlé la mort à la suite d’une surdose d’alcool lors d’une soirée bien arrosée.

Hanna Lottritz, une étudiante en journalisme de l’université du Nevada, a décidé d’écrire au sujet de son expérience sur son blogue lorsqu’elle a eu 21 ans la semaine dernière.

etudiante-alcool-hanna-lottritz-01

Sa mésaventure a commencé le 25 juillet lorsqu’elle s’est rendue à un festival de musique avec des amis.

etudiante-alcool-hanna-lottritz-03

Sentant qu’elle n’avait pas bu autant que ses amis, elle a décidé de faire un concours avec une amie pour déterminer qui pouvait boire le plus de whisky.

etudiante-alcool-hanna-lottritz-04

«Après avoir bu un verre complet de whisky, j’ai immédiatement dit à mes amis que je me sentais bien, mais cinq minutes plus tard, je me suis effondrée et je ne respirais plus», a affirmé Lottritz.

Elle a ensuite été transportée d’urgence à l’hôpital où son taux d’alcoolémie a été évalué à 0,41, et les docteurs n’étaient pas certains si elle allait survivre jusqu’au lendemain.

etudiante-alcool-hanna-lottritz-05

«Les docteurs croyaient que j’étais cérébralement morte puisque j’étais complètement inanimée», a-t-elle écrit.

L’étudiante a affirmé s’être réveillée 24 heures plus tard, réalisant la sévérité de sa situation.

«Les infirmières m’ont demandé si je tentais de me tuer en buvant autant», a-t-elle écrit. «Cette question m’a frappée de plein fouet.»

Lottritz a dit que sa mésaventure était particulièrement difficile pour sa famille et sa petite sœur de 17 ans qui a maintenant peur de boire.

«Je me sens coupable pour ce que je leur ai fait vivre», a-t-elle affirmé.

L’étudiante remercie ses amis de lui avoir sauvé la vie, affirmant que les choses auraient pu être bien pires s’ils n’avaient pas réagi aussi rapidement.

etudiante-alcool-hanna-lottritz-06

Lottritz a affirmé qu’elle a appris sa leçon, et n’a pas bu d’alcool depuis l’événement, à l’exception d’un verre de saké le jour de sa fête.

«Je veux que les gens sachent que ce n’est pas l’alcool qui m’a fait ça, c’était mes choix stupides», a-t-elle écrit.

Elle espère que le partage de son histoire aura des répercussions positives dans la vie d’autres personnes.

«Ce genre de chose peut arriver à n’importe qui, et le voir au lieu de simplement l’entendre pourrait avoir des effets concrets dans la vie de quelqu’un», a-t-elle affirmé.