Les cicatrices peuvent être un rappel à vie de violence, donc l’artiste de tatouages Flavia Carvalho a décidé de faire quelque chose pour les victimes.

Son projet A Pele da Flor (la peau de la fleur) a pour objectif d’offrir des tatouages gratuits aux femmes blessées.

«Tout a commencé il y a environ deux ans, quand j’ai travaillé avec une cliente qui voulait couvrir une grosse cicatrice sur son abdomen.»

tatouage-violence-conjugale-01

«Elle m’a dit qu’elle était dans une boîte de nuit, et quand elle a dit non à un homme qui l’a approchée, il l’a poignardée avec un couteau.»

tatouage-violence-conjugale-02

«Quand elle a vu le tatouage terminé, elle était extrêmement touchée, et ça m’a profondément touché aussi.»

tatouage-violence-conjugale-03

«Celle qui m’a le plus marqué est l’histoire d’une fille de 17 ans qui fréquentait un homme plus vieux et, pendant des mois, a souffert de violence corporelle à répétition.»

tatouage-violence-conjugale-04

«Quand il a voulu la laisser, il a organisé une rencontre, et après qu’ils ont commencé à se disputer, il l’a poignardée plusieurs fois dans l’abdomen et l’a violée sauvagement.»

tatouage-violence-conjugale-05

Elle fait aussi des tatouages gratuits aux femmes qui ont dû subir une mastectomie.

tatouage-violence-conjugale-06

Ce tatouage masque une cicatrice laissée par une balle.

tatouage-violence-conjugale-07

Pendant deux ans, Flavia a aidé les femmes à couvrir les cicatrices laissées par des couteaux et des projectiles, et de mastectomies aussi.

Elle transforme ces mémoires déplaisantes en un outil d’émancipation et de beauté.

Plus d’info: Facebook