Vidéo d’Emily Letts, et son histoire d’avortement.

Emily Letts voulait partager son expérience d’avortement. Elle aurait pu prendre un médicament pour son avortement, mais elle voulait faire la procédure qui fait le plus peur aux femmes. « Je voulais montrer aux femmes que ce n’est pas effrayant, et que ça existe, une histoire positive d’avortement. »

Le vidéo, transcrit et traduit:

Emily, à la caméra: Parlons.

Emily: Mon nom est Emily Letts.

Emily: Bonjour. Allo.

Emily: Je suis une défenseure des droits des patients pour la « Cherry Home Women’s Centre ».

Emily: Je discute avec les patients avant leurs procédures d’avortement.

Emily: J’ai découvert que j’étais enceinte.

Emily: Hé! Je suis enceinte! Et…

Emily: (Soupir).

Emily: Je suis assez tôt dans ma grossesse.

Emily: Je ne suis pas prête à avoir des enfants.

Emily: Ouais… je vais avoir un avortement demain matin.

Docteur, à Emily: J’ai besoin que tu lèves l’arrière de ta chemise.

Emily: D’accord.

Docteur: Et je vais m’asseoir à la table.

Emily: D’accord.

Emily, à la caméra: Je suis chanceuse parce que je me sens complètement confortable avec ma décision. J’ai le support de tous ceux qui m’entourent.

Docteur, à Emily: Je vais être à tes côtés pour la procédure entière aujourd’hui.

Emily, à la caméra: Je veux partager mon histoire… pour montrer aux femmes qu’une histoire d’avortement positive, ça existe.

Emily, aux docteurs: Il y a beaucoup de mains, j’ai beaucoup de support.

Docteur: Tu le mérites.

Emily: Tous le méritent.

Docteur: Je veux que tu prennes un gros respire. Et tu vas exhaler.

Emily: (en exhalant) Je suis forte.

Emily: [elle fait des ‘humms’ et exhale souvent durant la procédure qui dure de deux minutes]

Docteur: Ok, on a fini. Tu étais fantastique.

Emily aux docteurs: Vous êtes mes héros.

Emily: Ouais, cool… je me sens bien.

Emily: J’ai fini! Ouais! Merci!

Emily, à la caméra: Ça fait à peu près un mois depuis la procédure. Je me sens comme je dis tout le temps aux femmes « Bien sûr que tous se sentent mal, bien sûr que tous vont se sentir coupables (par rapport à la procédure). C’est un fait. »

Emily: Je ne me sens pas comme une mauvaise personne. Je ne me sens pas triste. Je me sens en état de surprise que je peux créer un bébé, que je peux procréer.

Emily: Je savais que ce que j’aillais faire était bien, parce que c’était bien pour moi, et pas pour une autre personne.

Emily: Je veux partager mon histoire.

L’histoire d’Emily est apparue dans la revue Cosmopolitan.

Le vidéo a aussi gagné un prix.